Gilbert Philippe, ancien conseiller au bureau du Premier ministre, a, lors de sa comparution hier en Cour intermédiaire, soutenu avoir reçu 25 000 euros sur son compte en banque à Singapour sur instructions de Siddick Chady. La magistrate Wendy Rangan, siégeant en Cour intermédiaire, a par ailleurs rejeté la motion présentée par la défense.
Gilbert Philippe, qui bénéficie de l’immunité du bureau du Directeur des poursuites publiques dans l’affaire Boskalis, a déclaré en cour que les 25 000 euros versés sur son compte par Siddick Chady correspondent au remboursement d’un prêt. Le témoin de la poursuite a indiqué en cour hier qu’il connaissait très bien Siddick Chady et que ce dernier était aussi son médecin de famille. L’ancien conseiller a par ailleurs déclaré que Siddick Chady venait souvent le voir pour des conseils à ses débuts en politique.
Interrogé sur la firme Boskalis, Gilbert Philippe a répondu qu’il ne connaît pas cette compagnie, qu’il n’a aucun lien avec elle et qu’aucune transaction n’a été réalisée entre cette firme et lui, vu que l’entreprise n’a pas son numéro de compte. Le témoin a aussi déclaré qu’il avait ouvert un compte à Singapour mais qui n’a jamais été utilisé jusqu’au jour où les 25 000 ont été crédités. Gilbert Philippe aurait alors contacté son banquier à Singapour pour savoir d’où provenait cet argent et appris que l’argent a été versé sur son compte sur les instructions de Siddick Chady.
Par ailleurs, la motion logée par la défense objectant à ce que Gilbert Philippe soit entendu en premier au lieu de l’Enquiring Officer a été rejetée par la magistrate Wendy Rangan.
Pour rappel, Siddick Chady a plaidé non-coupable à six chefs d’accusation en violation de l’article 7 (1) de la Prevention of Corruption Act (POCA). Il est accusé d’avoir versé des pots-de-vin à plusieurs compagnies étrangères. Il est représenté par Me Saïd Toorbuth.
Prakash Maunthrooa, le présumé complice, est poursuivi, lui, sous trois chefs d’accusation d’aiding and abetting the author of a crime. Il est représenté par Me Roshi Badhain.
Le procès reprendra le 15 novembre.