L’avocat de Siddick Chady, Me Saïd Toorbuth, a logé une motion de radiation des charges hier lors de la comparution de l’ancien Chairman de la Mauritius Port Authority (MPA) et l’ancien directeur général de cet organisme, Prakash Maunthrooa, en Cour intermédiaire dans le cadre du procès qui leur est intenté, respectivement pour corruption et entente délictueuse. Me Roshi Badhain, l’avocat de Prakash Maunthrooa, s’est joint à la motion, ajoutant dans son point de droit que « the prosecution is trying to obtain a conviction at all cost in this case ».
Lors de la comparution en Cour intermédiaire de Siddick Chady et Prakash Maunthrooa, dans le cadre de l’affaire Boskalis, deux témoins ont été appelés à la barre des témoins, à savoir Shekur Suntah, le directeur général de la MPA, et Deodass Kalisetty Appadu, secrétaire du board et ancien membre du conseil d’administration de cet organisme. Ces derniers étaient confrontés aux étapes des négociations qui ont eu lieu entre la MPA et les différents entrepreneurs pour les travaux de dragage du port. Selon l’actuel directeur général, le premier appel d’offres, datant de novembre 2004, ne s’était pas matérialisé puisque les “contracteurs” n’ont pas respecté l’exercice d’appel d’offres. Ce n’est qu’en 2006 qu’un deuxième exercice d’appel d’offres avait été lancé et que deux compagnies s’étaient démarquées, Boskalis International étant le “lowest bidder”.
L’actuel directeur général devait affirmer que l’exercice avait été approuvé par le board et validé par le défunt Central Tender Board. Il devait ajouter, suite à une question de la défense, qu’il ne savait pas si Siddick Chady ou encore Prakash Maunthrooa étaient intervenus auprès de la MPA pour favoriser la firme Boskalis International dans l’allocation du contrat de dragage. Par ailleurs, le témoin devait déclarer que le coût du projet était plus élevé que le budget estimé et que le board avait demandé à la firme hollandaise de réduire son prix. Selon lui, le board avait fait part de l’urgence de débuter ses travaux pour attirer plus de bateaux dans le port, précisant que, par la suite, la MPA avait payé une somme totale de Rs 372,4 M à la firme hollandaise pour le projet de dragage. L’ancien membre du conseil d’administration de la MPA avait quant à lui affirmé qu’il y avait bien eu un exercice d’appel d’offres et que Boskalis International « répondait aux exigences ». Il a de même ajouté ne pas être au courant que Siddick Chady et Prakash Maunthrooa avaient interféré dans ce projet à cette époque pour favoriser la firme hollandaise.
À la fin de l’audition des témoins, Me Saïd Toorbuth en a profité pour loger une motion de radiation des charges portées contre son client. Selon l’homme de loi, les preuves présentées par la Poursuite en cour ne lient pas son client au chef d’accusation porté contre lui. Il a de plus signifié que les accusateurs allégués, les témoins néerlandais, ne viendront pas à Maurice afin d’être confrontés à son client dans le cadre de ce procès. Me Roshi Badhain, qui défend les intérêts de Prakash Maunthrooa, s’est joint à la motion, ajoutant  « that the prosecution is trying to obtain a conviction at all cost in this case ». Me Rishi Hurdowar, qui représente le ministère public, a objecté à la motion. Les débats sur la motion ont été fixés au 30 octobre.