La procès intenté à Siddick Chady et Prakash Maunthrooa concernant l’affaire Boskalis s’est poursuivi hier avec un débat sur des motions logées par la défense. Me Said Toorbuth, l’homme de loi de Siddick Chady, a demandé à ce que les particulars des compagnies étrangères impliquées dans l’affaire soit présentées par la poursuite, ce qui a été accepté. Cependant deux autres motions logées par la défense ont vu l’objection de la poursuite, qui a jugé qu’elles sont prématurées.
Siddick Chady a plaidé non coupable aux six chefs d’accusation retenus contre lui. Il est représenté par Me Said Toorbuth. Prakash Maunthrooa, le présumé complice, est poursuivi sous neufs chefs d’accusation et il est représenté par Me Roshi Badhain. Dans la matinée d’hier, la défense a demandé à ce que les particulars des compagnies étrangères impliquées dans l’affaire soient présentées par la poursuite, qui est représentée par Me Rashid Ahmine. La poursuite a accédé à la requête de la défense et a produit le nom des trois compagnies étrangères qui sont la UTV communications UK Ltd, la Shemaroo Video Private Ltd et la Sensabian Media. Me Toorbuth a ensuite logé deux motions en Cour. Dans la première, l’avocat demande que toutes les implications des compagnies étrangères dans les dépositions de Siddick Chady soient retirées car les représentants des compagnies n’ont pas été appelés comme témoins et tout document concernant les compagnies étrangères devrait être enlevé du dossier pour la bonne tenue du procès. Me Toorbuth a aussi présenté une deuxième motion demandant à ce que l’enquêteur de la police Chandan Kumar Raghoonundun du central CID et Jan Cornelius Haak, le représentant du groupe hollandais Boskalis International, soient entendus en cour le même jour. Me Rashid Ahmine a objecté aux deux motions présentées par la défense en affirmant qu’elles sont trop prématurées à ce stade du procès. Me Ahmine a déclaré que ce n’est pas à la défense de décider quel témoin appeler et à quel moment, et qu’il est de la juridiction de la poursuite d’appeler les témoins au moment convenu. L’affaire reprendra le 28 octobre.
Rappelons que Siddick Chady et Prakash Maunthrooa sont poursuivis sous l’article 7 (1) de la Prevention of Corruption Act (PoCA). Cet article, qui traite du délit de « Public official using his office for gratification », stipule que « 1) Subject to subsection (3), any public official who makes use of his office or position for a gratification for himself or another person shall commit an offence and shall, on conviction, be liable to penal servitude for a term not exceeding 10 years ».
Les deux hommes ont été poursuivis dans un procès séparé de celui logé contre la compagnie hollandaise. En effet, il avait été reproché à Boskalis d’avoir consenti à verser Rs 30 millions comme pot-de-vin à Siddick Chady. Les faits se seraient produits entre le 1er août 2006 et le 12 avril 2007.