Photo Archives

L’audition du chef inspecteur Chundun Kumar Rughoonundun se poursuit en Cour intermédiaire dans le procès intenté à Siddick Chady et Prakash Maunthrooa, de la Mauritius Ports Authority (MPA) et respectivement accusés de corruption et entente délictueuse dans l’affaire Boskalis.

Lors du contre-interrogatoire, Me Saïd Toorbuth, avocat de Siddick Chady, a confronté le témoin à son voyage à Genève pour les besoins de l’enquête. Il a attiré l’attention sur le fait que son client n’était ni Chairman ni membre du Board of Directors lorsque le contrat de dragage du port avait été alloué à Boskalis International Bv. Après l’audition via visioconférence des témoins néerlandais, c’est au tour des officiers du CCID d’être auditionnés en Cour.

Me Toorbuth a tout d’abord questionné le chef inspecteur Rughoonundun sur l’enquête policière après des soupçons selon lesquels de fortes sommes d’argent ont été déposées sur le compte de Siddick Chady. Si Me Toorbuth soutient que cette affaire était « politically motivated », le témoin devait répondre qu’il ne pouvait se prononcer à ce propos. Celui-ci devait aussi soutenir que « ce sont mes supérieurs qui m’ont demandé de me rendre à Genève » pour consigner les dépositions des représentants de Boskalis, De Goede et Haak.

Me Toorbuth l’avait aussi interrogé sur la raison d’un tel voyage du fait que la MPA avait déjà envoyé tous les documents relatifs à cette affaire à la police. Le CI Rughoonundun, à une question sur un quelconque acte criminel commis par Siddick Chady, devait répondre qu’à son niveau, il n’avait « rien rapporté d’incriminant » à ses supérieurs mais qu’il y avait d’autres enquêteurs en charge de l’affaire. Me Toorbuth devait par la suite faire l’historique des procédures qui ont suivi avant l’octroi du contrat de dragage dans le port à Boskalis.

Me Toorbuth a indiqué que le projet a été lancé en 2004 et que le premier appel d’offres « n’était pas satisfaisant » pour les autorités. Un nouvel exercice d’appel d’offres avait été lancé en 2005 et le contrat avait ainsi été alloué à Boskalis par le Central Tender Board. Il a rappelé que, pendant toutes ses procédures, « Siddick Chady n’était ni Chairman ni membre du Board of Directors de la MPA ». Il ajoute : « Siddick Chady n’a jamais participé aux négociations pour l’allocation du contrat. Il est devenu Chairman de la MPA en février 2006. » L’homme de loi de rappeler que la décision pour l’allocation du contrat à Boskalis « était unanime au niveau du Board ».

uestionné sur les allégations selon lesquelles de fortes sommes d’argent avaient été créditées sur le compte de Siddick Chady et ses proches, le CI Rughoonundun devait répondre qu’il « n’avait pas scruté les comptes bancaires » de l’accusé et de ses proches.

Auparavant, le CI Rughoonundun avait été appelé à vérifier les relevés téléphoniques concernant des appels à Boskalis International Bv mais aussi des transactions effectuées par Blockbuster Video Networking Ltd – compagnie locale qui était dirigée par Siddick Chady – avec des compagnies étrangères.