Siddick Chady et Prakash Maunthrooa (Photo d'archives)

Me Saïd Toorbuth, avocat de Siddick Chady dans le procès intenté à ce dernier pour corruption, après que Boskalis a obtenu un contrat pour le dragage du port en 2006, a achevé sa plaidoirie aujourd’hui pour laisser la place aux avocats de Prakash Maunthrooa. Me Saïd Toorbuth devait insister sur le fait que les enquêtes de l’ICAC et du CID, qui ont mené à l’arrestation de Siddick Chady, « are null and void » et ne peuvent être prises en considération par la cour.

Pour Me Toorbuth, il existe « des zones d’ombre » sur les procédures utilisées par les autorités, dont le DPP et l’ICAC, concernant les immunités accordées. L’homme de loi devait aussi avancer que les documents retracés par les Néerlandais Haak et De Goede étaient des copies des originaux. « On peut se poser des questions sur leur fiabilité », a déclaré Me Saïd Toorbuth. Et d’ajouter qu’il n’a pu être prouvé que Siddick Chady avait commis un délit, avançant notamment que la poursuite n’a pu établir les éléments du délit dans le chef d’accusation.

Pour rappel, Siddick Chady est accusé d’avoir perçu un pot-de-vin de Rs 3 M de la firme hollandaise Boskalis International B. V. après que celle-ci a obtenu le contrat de dragage dans le port. Siddick Chady est représenté par Me Saïd Toorbuth.

Prakash Maunthrooa, ex-Senior Advisor au Prime Minister’s Office, est lui accusé d’entente délictueuse, soit d’avoir organisé des rendez-vous privés entre Siddick Chady et un représentant de la firme Boskalis, Pieter Boer, après que Boskalis a obtenu le contrat. Il est représenté par Me Siddartha Hawoldar, Me Antoine Domingue, Me Yash Bhadain et Me Nadeem Allybocus.