Le procès intenté à Siddick Chady et Prakash Maunthrooa dans l’affaire Boskalis a repris ce matin en Cour intermédiaire devant la magistrate Wendy Rangan. L’avocat de la défense, Me Saïd Toorbuth, avait signifié son intention lors de la dernière audience de loger une motion de « trial by the press » pour demander à la Cour d’inviter la presse à éviter le « misreporting ». La magistrate l’avait invité à présenter une motion en bonne et due forme s’il souhaitait que la Cour considère sa requête mais Me Saïd Toorbuth a fait part ce matin de sa décision de ne pas aller de l’avant avec sa motion.
Lors de la dernière séance, l’avocat de Siddick Chady avait soulevé une motion de « trial by the press », invitant la Cour à demander à la presse « de ne pas publier uniquement une partie des témoignages » car cela pourrait résulter en une situation de « misreporting ». La magistrate Wendy Rangan lui avait alors fait comprendre que la Cour ne pouvait accéder à une simple demande de sa part et l’avait invité à loger une motion en bonne et due forme en ce sens s’il souhaitait que la Cour se prononce sur cette question. Alors qu’il devait présenter ses arguments aujourd’hui, Me Toorbuth a indiqué à la Cour qu’il ne va pas de l’avant avec cette motion.
Lors de la précédente audience, le nouveau témoin assigné dans l’affaire de corruption et d’entente délictueuse pour l’allocation d’un contrat de dragage attribué à Boskalis, Raymond Lagesse, avait indiqué que sa compagnie est l’agent exclusif de Boskalis à Maurice. Il avait été interrogé sur les fonctions de sa compagnie et de sa relation avec les deux accusés, Siddick Chady et Prakash Maunthrooa. Le témoin avait affirmé qu’après plusieurs échecs sur des projets institués par la compagnie néerlandaise à Maurice, cette dernière s’était intéressée au projet de travaux de dragage dans le port. Raymond Lagesse devait rappeler qu’un premier exercice d’appel d’offres avait été annulé en 2004 et que ce n’est qu’après un deuxième appel d’offres que le contrat de dragage dans le port avait été finalisé. À cette époque, Peter Boer était le directeur de la compagnie Boskalis pour la région africaine. Le directeur de Mechanical Transport Ltd devait alors souligner que c’est après la finalisation du contrat que Peter Boer lui avait demandé d’organiser un dîner de remerciements pour Siddick Chady et Prakash Maunthrooa en juillet 2006. Selon le témoin, Peter Boer avait également rendu visite à Siddick Chady à son domicile à Rose-Hill en présence de Prakash Maunthrooa. Cependant, il devait affirmer que Peter Boer avait déjà pris l’avion au moment du dîner de remerciements à l’hôtel Labourdonnais.
Le témoignage de Raymond Lagesse s’est poursuivi aujourd’hui. Par ailleurs Me Sanjeev Ghurburrun, un des avocats mauriciens de Boskalis International, devait annoncer aujourd’hui la décision concernant la venue à Maurice des deux témoins à charge, à savoir les Néerlandais Jan Cornelis Haak et Antonius Theodorus Johannes Wilhelmus de Goede.
Pour rappel, Chady et Maunthrooa sont poursuivis respectivement pour corruption alléguée et entente délictueuse. L’État reproche à Siddick Chady (ancien député et ministre travailliste) d’avoir « utilisé son poste d’officier public pour obtenir une gratification », en violation de la Prevention and corruption Act (POCA). Prakash Maunthrooa (ancien directeur général de la MPA) est quant à lui accusé de « aiding and abetting the author of a crime », soit d’avoir organisé une rencontre entre Chady et Pieter Boer afin de faire bénéficier au premier une gratification.