Dix-sept mois après le démarrage de l’enquête du Central CID dans l’affaire du détournement de Rs 80 millions au préjudice de la Bramer Banking Corporation, la liste des suspects ne cesse de s’allonger. Après la triple inculpation provisoire de l’assistant commissaire de police Anil Kumar Dip, le 33e suspect épinglé par les limiers de la police n’est autre que le conseil légal des Kotoaroo, Me Rouben Mooroongapillay. Ce dernier, qui a été convoqué au QG du Central CID, a été conduit au tribunal de Port-Louis pour son inculpation provisoire au sujet des controversés Legal Fees de Rs 1,9 million, dont Rs 1,5 million versées lors du premier rendez-vous avec les hommes de loi dans les Valayden Chambers. Le développement de ce matin dans la Bramer Saga relance tout l’intérêt autour de la suite que compte donner le Central CID à l’interrogatoire gelé de Me Rama Valayden.
Les indications disponibles sont que les hommes des assistants commissaires de police Pregassen Vuddamalay et Heman Jangi n’ont pas retenu les explications fournies par Me Rouben Mooroongapillay au sujet des paiements de Rs 1,9 million versées par Sadek Kotoaroo pour assurer la défense de son fils, le banquier Younous Kotoaroo, impliqué dans ce détournement de fonds. Avec l’inculpation provisoire logée contre l’homme de loi devant le tribunal de Port-Louis, le Central CID soutient que Me Mooroongapillay avait « knowledge of the source of the funds ».
Ainsi, deux charges provisoires, la première de Possession of Stolen Property (PSP) au sujet du montant de Rs 1,9 million de Legal Fees et le paiement d’une telle somme en l’absence de reçus contrairement aux dispositions de la loi en vigueur, ont été retenues contre lui. Ce septième homme de loi, dont un ancien Attorney General, Me Yatin Varma, à être appréhendé et inculpé par le Central CID depuis le début de l’année, a été remis en liberté provisoire contre le versement de cautions imposées par la Cour, soit Rs 10 000 et une reconnaissance de dettes de Rs 50 000. Une Objection to Departure a également été logée contre l’homme de loi, qui a retenu les services de Me Gavin Glover. Celui-ci a objecté à la motion de la poursuite et les débats fixés au 7 janvier prochain.
Me Mooroongapillay s’est retrouvé dans cette situation compromettante parce que la police soupçonne que les Rs 1,9 million réunies par Sadek Kotoaroo pour assurer la défense de son fils Younous, recherché par le Central CID à la fin d’août de l’année dernière, proviennent du détournement à la Bramer. Dans sa version des faits, Sadek Kotoaroo avait fait état de « ene bwat larzan ki dans l’armwar mo garson ».
Lors de ses premières explications à la police, le père du banquier-suspect avait déclaré à la police que vu que les honoraires réclamés étaient de Rs 2 millions, il s’était rendu au rendez-vous fixé avec Me Mooroongapillay avec une somme de Rs 1,5 million. Il devait être reçu dans les Valayden Chambers en ajoutant que la somme de Rs 1,5 million avait été vérifiée personnellement par Me Mooroongapillay en personne, en présence de Me Valayden. Par la suite, Sadek Kotoaroo, par voie d’affidavit, devait se rétracter au sujet au sujet des explications sur les paiements effectués sans aucun reçu.
L’inculpation du jour dans la Bramer Saga est interprétée comme un signe avant-coureur du sort qui pourrait être réservé à Me Valayden lors de la prochaine convocation au QG du Central CID. Cette étape avait été avortée en partie récemment avec l’admission en clinique de Me Mooroongapillay alors qu’il était sur le point d’être traduit devant le tribunal de Port-Louis.
Tout semble indiquer que Me Valayden devra se tenir à la disposition du Central CID en vue de la reprise de son interrogatoire Under Warning sous les cameras d’enregistrement de l’Interrogation Room de la Major Crime Investigation Team (MCIT). Mais à la mi-journée, aucune indication officielle n’était disponible par rapport à ce prochain rendez-vous de l’autre ancien Attorney General, déjà sous le coup d’une précédente inculpation logée en octobre dernier.
D’autre part, l’ACP Dip, interdit de ses fonctions au sein de la force policière, a dû verser deux cautions de Rs 25 000 et d’une reconnaissance de dettes de Rs 1 million suite à deux nouvelles inculpations retenues contre lui, hier, dans l’affaire de détournement de fonds à la Bramer Bank. Pour la première inculpation, le haut gradé de la police avait fourni une caution de Rs 50 000 suite à une accusation de « aiding and abetting in the commissioning of a crime ».