Le Premier ministre, sir Anerood Jugnauth, a été très sévère envers ceux qui, selon lui, « ont profité du peuple » dans le scandale Bramer Bank/BAI. C’était, hier soir à l’hôtel Le Méridien, à Pointe-aux-Piments, lors de la célébration de son 85e anniversaire devant un parterre d’invités du monde politique et des affaires.
« On avait beaucoup entendu parler de la BAI et de Rawat comme des ténors. Nous réalisons aujourd’hui ki manyer fin escrok dimoune dan sa pei la », a lancé sir Anerood Jugnauth au beau milieu de son discours alors qu’il évoquait sa vie politique. Il faisait référence alors à sa fortune personnelle qu’il a dit avoir bâtie en tant qu’avocat. « Certaines personnes peuvent penser que nous avons tort. Moi, je sais ce que nous faisons. Nou pe anpes lezot dimoune vin viktim de sa Ponzi Scheme ki BAI fin met sur pie la », a-t-il déclaré.
Selon lui, « on allait vers la catastrophe », ajoutant : « Plus le temps passe, plus il y aurait eu de victimes. Nous ferons tout notre possible pour sauver le maximum de clients de la Bramer et de la BAI », a-t-il dit. Le Premier ministre a ensuite indiqué que des gens ont investi des millions de roupies dans ce Scheme à 10% l’an, une année payée d’intérêts d’avance. « Je suis triste de dire que les trois-quarts de cet argent se trouvent déjà à l’étranger », a-t-il fait ressortir. Mais, a-t-il rassuré, « nous ferons tout pour que ceux qui sont impliqués répondent à la justice et ki zot gayn sanksyon ki zot merite ».
Auparavant, le Premier ministre a parlé de la vie d’un politicien « qui doit travailler dans l’intérêt de la nation et non pour s’enrichir et faire fortune ». Et sir Anerood Jugnauth de dire que l’on « a inventé pas mal de faussetés à mon sujet », avant de lancer un défi à quiconque de prouver qu’il a fait fortune en politique. « N’importe qui peut avoir accès à mon compte bancaire. Je n’ai ni coffre ni compte bancaire ou biens à l’étranger », a-t-il renchéri.