Darshan Gungaram a été appelé à la barre hier dans le cadre du procès qui lui est intenté pour le meurtre de Ricardo Dintu, le 31 décembre 2004. Il a déclaré qu’il avait entendu un bruit sur le balcon du Regent Building ce soir-là et, qu’en voyant la victime au sol, il avait tout de suite informé le manager du casino. Et d’avancer par ailleurs ne pas avoir vu qui avait tiré sur Ricardo Dintu, bien que les policiers aient insisté, selon ses dires, pour qu’il change de version pour d’abord incriminer son ancien collègue Pravin Ramadit, et ensuite dire qu’il avait tiré par accident. Ce qu’il a refusé, soutient-il.
Darshan Gungaram, ancien vigile du casino Jackpot City, est accusé du meurtre de Ricardo Dintu. Questionné par Me Madan Dulloo, il a expliqué que lors des débats pour sa mise en liberté sous caution, la police y avait objecté en déclarant qu’il n’avait pas assez coopéré comparé à Pravin Ramadit, qui avait, lui, obtenu la liberté sous caution. La charge provisoire contre Pravin Ramadit avait été rayée en Cour de Curepipe le 20 janvier 2005.
Poursuivant sur l’incident du 31 décembre 2004, Darshan Gungaram a soutenu qu’avant que l’enquête préliminaire ne soit instituée en Cour de Curepipe, la police aurait insisté pour qu’il change sa première version afin qu’elle concorde avec celle du témoin Steeve Chavry, qui avait déclaré avoir vu Pravin Ramadit tirer sur la victime. Ce qu’il aurait refusé de faire. « Pa kapav mett sarz lor enn dimounn kan mo pann trouve kisanla inn fer sa ! » Suite à son refus, la police serait revenue à la charge pour qu’il déclare qu’il avait tiré sur la victime par accident, pour qu’il soit libéré sous caution. Ce à quoi il a opposé un refus. Darshan Gungaram devait aussi avancer que les enquêteurs lui avaient demandé de ne pas mentionner le nom des deux policiers qu’il avait vus au casino. Il a ajouté que ces policiers avaient demandé au manager du casino de faire nettoyer le sang de la victime par un cleaner.
Me Raj Baungally, de la Poursuite, a pour sa part bombardé l’accusé de questions, celui-ci maintenant que « mo pann trouv Ramadit tir kout bal, mo pann trouv person tire », soutenant qu’il était à l’intérieur du casino à ce moment-là. Selon lui, la victime « était ivre et causait du désordre », ce pourquoi il lui avait demandé de quitter le casino. Par précaution, il aurait demandé au caporal Pydiah de donner un avertissement à Ricardo Dintu s’il revenait au casino dans un tel état. Le caporal Pydiah portait une arme à feu, devait-il préciser. Aux questions de la Poursuite, Darshan Gungaram devait répondre qu’« a okenn moman mo ti ena enn zarm pou tir kout bal ! » L’audience a pris fin après la déposition de quelques témoins venus produire des documents en rapport avec l’incident du 31 décembre 2004. Les plaidoiries sont prévues pour la semaine prochaine.