Dans le cadre du procès intenté à Darshan Gungaram, ancien vigile de Casino Jackpot City accusé du meurtre de Ricardo Linley Dintu dans la nuit du 30 décembre 2004, le témoin Steeve Chavry, ancien cleaner du casino, a été appelé à la barre. Ce dernier a déclaré qu’il s’était rendu au casino en compagnie de la victime le soir du drame et indiqué dans son « statement » que Ricardo Linley Dintu avait été tabassé par deux vigiles, avant de s’effondrer après un coup de feu.
Steeve Chavry a soutenu qu’il s’était rendu au casino avec Ricardo Linley Dintu vers 19 h 30. Selon lui, Ricardo Linley Dintu « était ivre » alors qu’ils jouaient. « Enn moman monn trouv Gungaram pran Dintu e amenn li deor. Mwa mo ti ankor pe zwe. Kan monn al deor mo trouv Gungaram pe gagn diskision avek Dintu ». Interrogé par l’avocat de la poursuite, Me Raj Baungally, Steeve Chavry devait déclarer que son ami s’était effondré suite à un coup de feu et que Darshan Gungaram et un autre vigile avaient ensuite pris la fuite. Darshan Gungaram avait une arme à feu dans sa main à ce moment-là, a-t-il ajouté.
Contre-interrogé par Me Madan Dulloo, l’avocat de Darshan Gungaram, Steeve Chavry a indiqué qu’il avait travaillé comme cleaner au casino, avant d’être licencié. Il a concédé que, selon les règles de la maison de jeu, ceux licenciés par la direction n’étaient pas autorisés à jouer. Questionné par la défense sur une discussion qu’il aurait eue avec un vigile concernant sa présence dans le casino, le témoin devait nier et déclarer que c’était Ricardo Linley Dintu qui avait eu une telle discussion. Me Dulloo a par la suite rappelé au témoin que, dans sa déposition, il avait dit que « l’autre vigile a tabassé Dintu ». Propos réfutés par le témoin, soutenant qu’il n’avait jamais mentionné le nom d’un autre vigile à la police. Me Dulloo devait relever une autre contradiction dans sa déposition concernant une altercation avec les vigiles, déclarant que Dintu aurait riposté d’un coup de poing à l’autre vigile qui a ensuite heurté la rampe d’escalier. Selon sa déclaration, c’est à ce moment que le collègue de Gungaram aurait glissé sa main sous ses vêtements et se serait saisi d’une arme, qu’il a pointée sur la victime. Steeve Chavry devait par la suite admettre qu’il avait bien relaté ces événements à la police et affirmer que, le soir du drame, deux officiers de police se trouvaient bien à Casino Jackpot City.