Le procès intenté à Siddick Chady et Prakash Maunthrooa dans l’affaire Boskalis s’est poursuivi en Cour intermédiaire devant la magistrate Wendy Rangan. Lors de la séance, Me Toorbuth a demandé qu’une copie de l’immunité échangée entre le DPP et Gilbert Philippe lui soit remise. La magistrate fera connaître sa décision le 19 mars.
Le procès intenté à Siddick Chady et Prakash Maunthrooa s’est poursuivi avec le contre-interrogatoire de Gilbert Phillippe par l’avocat de la défense, Me Said Toorbuth. Ce dernier devait réclamer qu’une copie de l’immunité accordée à Gilbert Phillippe soit remis à la défense pour pouvoir continuer avec le contre-interrogatoire. Me Rashid Ahmine, représentant la poursuite, a fait savoir que c’est un « priviledged document » et qu’il revient à Gilbert Phillippe et à son avocat, Me Neil Pillay, de décider s’ils veulent ou non révéler les conditions de l’immunité à la défense. L’avocat de l’ancien conseiller au bureau du Premier ministre dans le secteur portuaire a quant à lui objecté à la demande de la défense. La magistrate Rangan communiquera sa décision le 19 mars.
Pour rappel, Siddick Chady, ancien président de la Mauritius Port Authority (MPA), est poursuivi sous l’article 7(1) de la Prevention of corruption Act (POCA), qui traite du délit de « public official using his office for gratification ». Il lui est reproché d’avoir versé des pots-de-vin à plusieurs compagnies étrangères, dont la firme hollandaise Boskalis, après que cette firme ait obtenu un contrat de dragage du Canal Anglais dans le port en 2006. Siddick Chady est représenté par Me Said Toorbuth.
Prakash Maunthrooa, ancien directeur de la MPA, est pour sa part accusé de complicité dans cette affaire. Il lui est reproché d’avoir organisé une rencontre entre Siddick Chady et un représentant de la firme hollandaise pour obtenir ledit contrat. Les faits se seraient produits entre le 1er août 2006 et le 12 avril 2007.