Leurs charges initiales d’assassinat et de complot ayant été requalifiées en conspiracy to do harm to another person, Patrick Steeve Prinslet Serret (alias Polocco), Sada Curpen et Christophe Legrand ont demandé à être remis en liberté conditionnelle. La poursuite veut cependant empêcher Sada Curpen de quitter le pays en saisissant temporairement son passeport français, et à défaut d’avoir ce document, elle objectera à sa remise en liberté conditionnelle. La magistrate Véronique Kwok Yin Siong Yen a toutefois accordé la remise en liberté provisoire à Christophe Legrand contre une caution de Rs 500 000 et une reconnaissance de dettes de Rs 500 000. Les deux autres comparaîtront de nouveau devant la cour intermédiaire mardi.
« Nous ne voulons pas qu’une situation similaire à celle de Caterino se reproduise », a expliqué l’Assistant Directeur des Poursuites Publiques (DPP) Me Mohana Naidoo hier devant la magistrate Véronique Kwok Yin Siong Yen. La poursuite, également représentée par le State Counsel Me Vinod Rammaya, veut absolument que Sada Curpen remette son passeport français à la police pour être sûr qu’il ne quittera pas le pays avant la décision finale de la justice.
Me Mohana Naidoo a dans une déclaration à la Cour demandé des conditions à hauteur de Rs 500 000 de caution ainsi que deux reconnaissances de dettes de Rs 500 000 chacune pour la liberté conditionnelle de Christophe Legrand (alias Souris). La magistrate Véronique Kwok Yin Siong Yen a décidé d’accorder la liberté conditionnelle à Legrand contre Rs 500 000 de cash surety et une reconnaissance de dettes de Rs 500 000.
Concernant Patrick Steeve Prinslet Serret (alias Polocco), une application avait été logée par le DPP contestant la décision de la cour de district de Pamplemousses d’accorder la liberté conditionnelle à celui qui était alors meurtrier présumé. La date du hearing de la contestation est le 25 octobre. La cour intermédiaire n’ayant pas l’autorité requise pour retirer cette demande, Me Rama Valayden a suggéré que la poursuite le fasse.
Les trois hommes sont poursuivis pour conspiracy to do harm to another person en Cour intermédiaire sous l’article 109 de la Criminal Code (Supplementary) Act. Des charges de meurtre contre Polocco et de conspiracy to commit murder contre Legrand et Curpen avaient été logées aux Assises. L’Assistant DPP a expliqué que suite à la rétractation de trois témoins clefs dans l’affaire, le DPP a décidé de changer la charge pour que la poursuite puisse « secure a conviction ».
Si les trois accusés risquaient 60 ans de servitude pénale pour meurtre avec préméditation (NdlR : la sentence pour complot est relative au délit principal), ils risquent désormais un maximum de 10 ans selon les dispositions de la loi pénale. Me Mohana Naidoo a soutenu que le bureau du DPP souhaite que le procès soit fixé au plus vite. Christophe Legrand a déclaré lors de l’enquête préliminaire devant la magistrate Maryse Panglose-Cala qu’il aurait été malmené par les officiers de la Major Crimes Investigation Team (MCIT).
Denis Fine était en vacances à Maurice quand il a été tué. Il était sous sa véranda à Résidence Maison-Blanche à Pamplemousses quand il a été abattu d’une balle en pleine tête le 3 janvier 2010. Me Neelkanth Dulloo représente les intérêts de Christophe Legrand dans ce procès alors que Polocco a retenu les services de Me Rama Valayden. Mes Ivan Collendavelloo (SC), Gavin Glover (SC) et Raouf Gulbul représentent Sada Curpen.
Sada Curpen et Polocco seront de nouveau devant la même instance criminelle mardi. Ils sont en détention préventive depuis plus de deux ans. Sada Curpen est on remand à la prison de haute sécurité de La Bastille et il est escorté à chaque comparution en cour par les membres du Groupement d’Intervention de la Police Mauricienne (GIPM).