Patrick Steeve Prinslet Serret, alias Polocco, Sada Curpen et Christophe Jérôme Legrand, alias Souris, ont comparu en cour criminelle intermédiaire hier devant le magistrat Vijay Appadoo. Egalement accusé de complot, Christophe Legrand avait logé une motion dans laquelle il contestait la teneur de ses déclarations qu’il a données à la police. Deux témoins ont été appelés par la défense hier dans le cadre des débats sur cette motion. L’affaire a été renvoyée au 26 juin.
Deux témoins ont été entendus hier et d’autres seront appelés à déposer lors de la nouvelle séance le 26 juin. En 2012, Christopher Legrand avait fait savoir à la cour que les sept dépositions qu’il avait données à la police n’étaient pas de son propre gré. Il avait déclaré devant la magistrate Maryse Panglose-Cala avoir été malmené par les officiers de la Major Crime Investigation Team (MCIT). L’accusé avait soutenu qu’il n’avait pas été informé de ses droits constitutionnels et que les limiers de la MCIT l’avaient menacé. C’est principalement sur ces points que l’avocat de Christophe Legrand, Me Neelkanth Dulloo, débat sa motion.
Rappelons que Patrick Steeve Prinslet Serret, alias Polocco, et Sada Curpen avaient été déférés aux Assises, le tribunal de Pamplemousses ayant conclu qu’il y avait suffisamment de preuves pour qu’ils répondent d’une accusation de meurtre. Mais le Directeur des poursuites publiques (DPP) avait décidé de requalifier leurs charges initiales d’assassinat et de complot logées à la Cour d’assises suite aux deux enquêtes préliminaires. Ils sont dorénavant accusés de « conspiracy to do harm to another person », sous l’article 109 de la Criminal Code (Supplementary) Act.
Ce texte de loi stipule que « any person who agrees with one or more other persons to do an act which is unlawful, wrongful or harmful to another person, or to use unlawful means in the carrying out of an object not otherwise unlawful, shall commit an offence and shall, on conviction, be liable to penal servitude for a term not exceeding 10 years and to a fine not exceeding 100,000 rupees ». Au début, Patrick Steeve Prinslet Serret, Westley Badoodeenkhan (alias Toto), Gino Robertson (alias Batman) et Sada Curpen étaient sur le banc des accusés dans la première enquête préliminaire. Christophe Legrand était, quant à lui, l’un des principaux témoins à charge de l’affaire. Le DPP avait ensuite initié une autre enquête préliminaire devant la même instance. Polocco était accusé d’avoir abattu Denis Fine d’une balle en pleine tête dans la nuit du 3 janvier 2010. La victime était sous la véranda de sa maison à Résidence Maison-Blanche, Pamplemousses, où il donnait une fête.  
Me Neelkanth Dulloo représente les intérêts de Christophe Legrand dans ce procès alors que Polocco a retenu les services de Me Rama Valayden. Mes Ivan Collendavelloo (SC), Gavin Glover (SC) et Raouf Gulbul représentent Sada Curpen.