Poursuivi pour avoir comploté en vue d’agresser Denis Fine, Patrick Prinslet Steeve Serret alias Polocco ne s’est pas présenté devant la cour intermédiaire hier, contrairement à Sada Curpen et Christophe Legrand. Le certificat médical déposé par son épouse n’était pas adressé à un magistrat et la cour ne l’a donc pas accepté. Joelle Serret a déclaré : « Monn al lakaz mo pann trouv li. »
La Senior Magistrate Niroshini Ramsoodhur a émis hier un warrant of arrest contre Patrick Prinslet Steeve Serret, alias Polocco. Celui que la Major Crimes Investigation Team (MCIT) pensait être l’assassin de Denis Fine ne s’est pas présenté en cour. Son épouse, Joelle Serret, a toutefois déposé un certificat médical mais celui-ci n’a pas été accepté. Le document n’était en effet pas adressé à la cour.
La magistrate a demandé à Joelle Serret quand elle avait vu son mari pour la dernière fois. L’épouse du prévenu a dit l’avoir vu le matin alors qu’il allait chercher un certificat médical. Mais elle a aussitôt ajouté qu’elle ne savait pas comment le contacter. « Monn al lakaz mo pann trouv li », a soutenu Joelle Serret.
Ce n’est pas la première fois que Polocco s’absente. Son homme de loi avait toutefois fait le nécessaire pour excuser son client. Face à cette attitude, la cour intermédiaire n’a eu d’autre choix que de sévir. Les deux autres accusés dans l’affaire, Sada Curpen et Christophe Legrand (alias souris), ont été sommés de se présenter à nouveau devant la même cour le 22 juillet.
Denis Fine a été tué d’une balle en pleine tête le 3 janvier 2010 alors qu’il se trouvait sous sa véranda. Initialement, les trois accusés était provisoirement inculpés d’assassinat et de conspiracy to murder sur la personne de Denis Fine. Les charges formelles logées devaient ensuite être requalifiées en conspiracy to do harm to another person sous l’article 109 de la Criminal Code (Supplementary) Act.
Les trois prévenus sont en liberté conditionnelle. Polocco et Souris ont tous deux dû payer une surety de Rs 500 000 et signer une reconnaissance de dettes du même montant pour bénéficier de leur liberté conditionnelle. Cette caution pourrait toutefois être annulée du fait de l’absence de Polocco. La Senior Magistrate Véronique Kwok Yin Siong Yen avait accordé la liberté conditionnelle à Sada Curpen contre Rs 1 million de caution et une reconnaissance de dettes du même montant. Il a également confié ses papiers français aux autorités. Rappelons qu’il y a eu plusieurs allégations de brutalités policière dans cette affaire, notamment contre Christophe Legrand, qui était un témoin à charge lors de l’enquête préliminaire devant la cour de Pamplemousses.
Sada Curpen est représenté par les deux Senior Counsels Mes Ivan Collendavelloo et Gavin Glover ainsi que par Me Raouf Gulbul. Christophe Legrand, lui, est défendu par Me Neelkanth Dulloo, alors que les services de Me Rama Valayden ont été retenus par Polocco. Le bureau du Directeur des poursuites publiques est représenté par Mes Mohana Naidoo (Assistant DPP) et Vinod Rammaya (State Counsel).