Suite à la condamnation du journaliste Dharmanand Dhooharika, l’intervention de la Commission de pourvoi en grâce a été sollicitée à travers un appel fait au président de la République. Sydney Selvon, un confrère proche du rédacteur en chef de Samedi Plus, a envoyé une lettre à sir Anerood Jugnauth. Dans cette correspondance, M. Selvon demande au président d’user de ses prérogatives pour approcher la commission afin qu’elle restitue sa liberté au journaliste. Ce dernier pourrait aussi bénéficier de la grâce présidentielle.
Par ailleurs, le conseil légal du journaliste en détention a logé une motion jeudi dans le but d’obtenir l’autorisation de faire appel au Privy Council. Dans cette motion, l’appelant conteste la sentence qu’elle trouve « sévère et excessive » et demande qu’elle soit réduite.
Dharmanand Dhooharika se trouve actuellement en détention à la prison de Richelieu. Il a écopé de trois mois de prison, ayant été trouvé coupable d’outrage à la Cour suprême. Dans sa motion, le journaliste avance que plusieurs articles de la Constitution auraient été violés, dont l’article 10. Il se demande s’il a bénéficié d’un procès équitable.
En attendant que la Cour suprême se prononce sur cette motion, l’appelant demande la suspension de sa sentence.