Poursuivis pour « entering a protected property » dans l’affaire du kalimaye de St-Paul, les journalistes Deven Anacootee et Irfaad Olitte ont plaidé non coupables ce matin devant la magistrate Ida Dookhy-Rambarun. Le directeur des poursuites publiques a décidé de rouvrir le procès après d’y avoir mis fin en novembre dernier.
Deven Anacootee et Irfaad Olitte ont été informés jeudi dernier par un Court Usher de leur comparution ce matin devant la cour de district des Hautes Plaines Wilhems à Curepipe. Le directeur des poursuites publiques (DPP) avait toutefois décidé le 30 novembre 2011 de mettre un terme au procès au pénal contre les deux journalistes du Défi Media Group dans l’affaire du kalimaye de St-Paul.
Les deux journalistes se sont présentés ce matin devant la magistrate Ida Dookhy-Rambarun où la poursuite a signalé son intention de rouvrir l’affaire sous la même charge de « entering a protected property » sous l’article 13A (3) (a) et (3) (b) de la Police Act. Ils sont défendus par Me Raouf Gulbul et ont plaidé non coupables à la charge reprochée. Une objection to departure a été logée contre eux.
L’article 13A (3) (a) de la Police Act stipule que « no person shall, without lawful authority, enter or remain in a protected area ». L’article 24 de la même loi prévoit une amende ne dépassant pas Rs 10 000 et une sentence d’emprisonnement de moins de deux ans.
La police a appréhendé Deven Anacootee et Irfaad Olitte dans l’exercice de leur fonction le 9 juin 2009 près du kalimaye de St-Paul. Une vive controverse avait éclaté à l’époque autour de ce lieu de culte qui avait été fermé à cause des protestations pour pollution sonore. Les deux journalistes voulaient faire la lumière sur cette affaire en enquêtant sur la fermeture de la société religieuse qui avait provoqué un tollé parmi les adeptes de la région et de la population en général.
La police reproche à Deven Anacootee et Irfaad Olitte d’avoir empiété sur un terrain privé appartenant au Premier ministre. Les journalistes ont voulu savoir comment les prières du Kalimaye pouvaient nuire à Navin Ramgoolam et ses voisins. L’affaire sera appelée de nouveau le 7 septembre devant la cour de district des Hautes Plaines Wilhems à Curepipe.