Le procès de l’ancien magistrat Joy Ramphul et de Soodesh Mohabeer n’a pu se poursuivre hier car une partie du « transcript » n’a pas été communiquée aux avocats. Joy Ramphul est poursuivi pour harcèlement sexuel devant la Cour intermédiaire. Les avocats de la défense ont demandé que certains témoins reviennent pour être contre-interrogés de nouveau. La prochaine audience est fixée au lundi 30 janvier.
Le procès intenté par le directeur des poursuites publiques (DPP) à l’ex-magistrat de la Cour de district de Pamplemousses Shaheel Kumar Joy Ramphul et à Soodesh Kumar Mohabeer n’a pu se poursuivre hier devant les magistrates Véronique Kwok Yin Siong Yen (présidente de l’instance criminelle de la Cour intermédiaire), Wendy Ramgan et Asha Ramano-Egan. Le full bench a alors renvoyé les auditions des autres témoins au 30 janvier.
Le Queen’s Counsel sir Hamid Moollan a indiqué que la transcription de la dernière audition, qui a été communiquée, est incomplète. Les avocats de la défense et ceux de la poursuite ont alors demandé le full transcript de la dernière audition où la victime présumée Swarn Moorli a été contre-interrogée par Me Ritesh Sumputh. Les avocats de Ramphul ont demandé que certains témoins de la poursuite soient rappelés pour être « further cross-examined », dont l’ancien ASP Meeterjoye, qui était le main enquiry officer dans cette affaire.
Joy Ramphul est accusé de fraudulent alteration of public document, d’agression et de harcèlement sexuel respectivement sous les articles 107, 230 (1) et 254 (1) du Code criminel. Soodesh Mohabeer est, quant à lui, accusé d’attempt at hindering public officer en vertu des articles 2 et 45 de l’Interpretation and General Clauses Act et l’article 3 (1) (a) et (2) de la Public Officer’s Protection Act. Ils ont plaidé non coupables aux charges reprochées.
« Se sa plim-la ki pou desid lavenir… Swa to al fer enn semenn Beau-Bassin to al fer kamarad laba swa to sorti san nanie ». C’est ce qu’aurait dit l’ancien magistrat à la victime présumée. Swarn Moorli accuse Joy Ramphul de lui avoir fait des propositions pour aller « passer quelques heures » avec lui dans un hôtel de Grand-Baie. L’ancien magistrat aurait également tenté de l’embrasser alors qu’ils étaient dans sa voiture.
Joy Ramphul est représenté par un panel d’avocats, dont sir Hamid Moollan (QC) et Me Ivan Collendavelloo (SC) alors que Soodesh Mohabeer est défendu par Me Ritesh Sumputh. La poursuite est composée du Senior assistant DPP Me Rashid Ahmine et du state counsel Me Madeven Armoogum.