Poursuivis dans une affaire de harcèlement sexuel, l’ancien magistrat Joy Ramphul et Soodesh Mohabeer ont comparu hier devant la cour intermédiaire. La poursuite a appelé à la barre des témoins Kavita Devi Chunurmun qui a affirmé qu’il y avait des inexactitudes dans sa déposition. Le procès se poursuit aujourd’hui devant les magistrates Véronique Kwok Yin Siong Yen, Wendy Ramgan et Asha Ramano-Egan.
L’ancien magistrat de la cour de district de Pamplemousses Shaheel Kumar Joy Ramphul et Soodesh Kumar Mohabeer se sont présentés hier devant les magistrates Véronique Kwok Yin Siong Yen (présidente de l’instance criminelle de la Cour intermédiaire), Wendy Ramgan et Asha Ramano-Egan dans une affaire de harcèlement sexuel.
La poursuite, composée du Senior Assistant DPP Me Rashid Ahmine et du State Counsel Me Madeven Armoogum, a appelé Kavita Devi Chunurmun à la barre des témoins. Elle aurait fait une demande de Protection Order en 2007 à la cour de district de Pamplemousses devant le magistrat Joy Ramphul. Elle avait fait une déclaration au Central Criminal Investigation Department (CCID) selon laquelle un homme l’aurait appelé en se faisant passer pour le magistrat du tribunal de Pamplemousses. Questionnée par Me Rashid Ahmine, elle avance être atteinte de stress, soutenant « mo blier blier ».
Le Senior Assistant DPP lui a lu une partie de sa déclaration. « Enn lavwa zom finn koz ar mwa ek linn dir mwa ki li magistrat Ramphul… Linn dir mwa pa bizin gagn traka parski mo case fasil ek ki mo pou gagn mo Protection Order », aurait-elle dit au Central CID. Kavita Devi Chunurmun réagit et soutient n’avoir jamais dit à la police que l’individu qui lui a téléphoné s’est présenté comme le magistrat Ramphul. « Li pann dir mwa so nom », souligne-t-elle. Selon elle, la police ne lui a pas relu sa déclaration avant de lui demander de signer le document. Kavita Devi Chunurmun déclare que « Monn blier mo statement… Monn blie tou ! »
À la reprise du procès hier après-midi, Me Ravi Rutnah fait savoir à la cour que Kavita Devi Chunurmun a retenu ses services. Il explique que sa cliente ne se sentait pas très bien et qu’elle est suivie par un psychologue. Le Senior Assistant DPP a lu une partie de la déposition du témoin : « Mo ena pou azouter ki […] mo osi mo ti telefonn mazistra enn de fwa. »
Me Rashid Ahmine : Ou pa dakor avek seki la polis inn dir ?
Kavita Chunurmun : Non bann-la inn nek dir mwa signe.
Me Rashid Ahmine : Tou pa bon ?
Kavita Chunurmun : Zot tu demann mwa kifer mo ti vinn lacour ek si sa nimero-la pou mazistra Ramphul. Mo ti dir zot ki mo pa kone…
Kavita Devi Chunurmun avance que la police lui aurait simplement demandé si elle reconnaissait la voix du magistrat Ramphul quand elle se trouvait en cour. Elle aurait répondu par la positive mais affirme n’avoir jamais consenti avoir reconnu la voix de Joy Ramphul au téléphone.
Me Rashid Ahmine a demandé à la cour l’autorisation d’appeler de nouveau l’ancien assistant surintendant de police (ASP) Meeterjoy afin de l’interroger sur les allégations de Kavita Devi Chunurmun. L’affaire se poursuit aujourd’hui.
Joy Ramphul est accusé de falsification de documents publics, d’agression et de harcèlement sexuel respectivement sous les articles 107, 230 (1) et 254 (1) du Code pénal. Soodesh Mohabeer est quant à lui accusé d’attempt at hindering public officer en vertu des articles 2 et 45 de l’Interpretation and General Clauses Act et de l’article 3 (1) (a) et (2) de la Public Officer’s Protection Act. Ils ont plaidé non coupables aux charges reprochées.
L’ancien magistrat aurait fait des propositions « indécentes » à Swarn Moorli en vue de « passer quelques heures » avec elle dans un hôtel à Grand-Baie. Celle-ci avait une affaire en délibéré devant Joy Ramphul au tribunal de Pamplemousses. Quant à Soodesh Mohabeer, il est accusé d’avoir tenté de cacher des documents relatifs à la plainte en vue d’étouffer l’affaire.
Joy Ramphul est représenté par un panel d’avocats, dont le Queen’s Counsel sir Hamid Moollan et le Senior Counsel Me Ivan Collendavelloo. Soodesh Mohabeer est pour sa part défendu par Me Ritesh Sumputh.