C’est une onde de choc pour une trentaine d’employés de Fashion Style postés dans les magasins de l’aéroport. Ils ont été licenciés hier, sans préavis, après avoir reçu leur salaire du mois de juillet. Ils affirment que la représentante de Fashion Style, venue à leur rencontre, leur a déclaré que la compagnie n’était plus en mesure de les garder. Pour gérer la situation, la Mauritius Duty Free Paradise (MDFP) a déployé son personnel dans les magasins concernés.
Nouveau rebondissement au sein de la compagnie Fashion Style de Rakesh Gooljaury, actuellement sous administration judiciaire. Hier, les employés de ses magasins basés à l’aéroport ont été licenciés. Ils sont une trentaine à se retrouver dans cette situation. Déjà, depuis le début de l’année, ils étaient dans le flou quant à leur situation. « Depuis le mois de janvier, nos fiches de paie étaient au nom de Luvoxy Co Ltd et non Fashion Style, comme d’habitude. Ensuite, à partir du mois d’avril, nos salaires ont été versés en espèces et nous n’avions plus de fiche de paie. Pour le mois de mai, nous avons été payés avec une dizaine de jours de retard. Mais à aucun moment on ne nous a dit qu’on allait être licenciés », témoigne un des employés.
Ce dernier affirme que ses collègues et lui ont reçu un appel du bureau de Fashion Style hier, les invitant à rejoindre une représentante de la compagnie sur l’aire de stationnement de l’aéroport. « Là, elle nous a donné notre argent en nous disant que c’était notre dernier jour de travail. Elle a dit que la compagnie nous avait gardés en poste sur une base humanitaire jusqu’ici, mais qu’elle n’était plus en mesure de nous payer ni nous verser notre compensation. »
Ces licenciés ont entre cinq et douze années de service. Ils ont pris contact avec leur syndicat pour décider de la marche à suivre. Selon l’accord en Cour, Fashion Style approvisionnait les boutiques de l’aéroport en produits vestimentaires de marque, telles que Hugo Boss et Armani. La compagnie de Rakesh Gooljaury avait également placé ses propres employés dans les magasins vendant ces produits.
La Mauritius Duty Free Paradise (MDFP), gérant des boutiques de l’aéroport, a dû mettre en place un plan de crise pour répondre à la situation. Des employés de la MDFP ont ainsi été déployés dans les magasins se retrouvant sans vendeurs. À ce matin, une seule personne assurait les caisses aux trois magasins concernés. La question se pose pour ces employés concernant la rotation, dont la première commence à minuit. Ils nous revient également que la MDFP a recruté une vingtaine de vendeurs récemment.
Avec cet événement, la crainte s’est aussi installée chez les employés des autres magasins encore sous la responsabilité de Fashion Style, notamment à Bagatelle. On sait que la compagnie New Trends Ltd, de Paul Foo Kune, a repris certaines franchises représentées par Fashion Style, notamment Jennyfer, Mango et Etam. Conséquemment, les employés de ces magasins ont signé un nouveau contrat avec le repreneur. Ce qui leur a valu d’être privés de leurs salaires de mai, alors qu’ils avaient travaillé tout le mois pour Fashion Style. L’affaire est actuellement devant le bureau du travail.
Pour ce qui est des autres magasins, comme Armani, les employés sont toujours sous la responsabilité de Fashion Style. Ils appréhendent le même sort que leurs collègues de l’aéroport.
Par ailleurs, les licenciés affirment que cinq d’entre eux ont reçu un appel de Fashion Style, leur demandant de venir travailler dans un autre magasin jusqu’à la liquidation. Les autres se demandent sur quels critères ce choix a été fait.