Le procès intenté au jockey italien Gregorio Arena, sous la charge de “cheating” alors qu’il montait Saziwayo, a repris ce matin devant les magistrats Kesnaytee Bissoonauth et Azam Neerooa. Son avocat, Me Yahia Nazroo, avait présenté certains points de droits vendredi dernier, lesquels ont été débattus lors de la séance d’aujourd’hui. Le “ruling” est attendu pour le 8 avril.
Le jockey Gregorio Arena a comparu en Cour intermédiaire aujourd’hui sous la charge formelle de “cheating” alors qu’il montait le cheval Saziwayo. Lors de l’audience, son avocat, Me Yahia Nazroo, avait mis en avant plusieurs points de droits avant que ne débute le procès sur le fond. L’homme de loi avait ainsi affirmé qu’il objecterait si certains éléments étaient évoqués par la poursuite, notamment : 1) le fait que des DVDs ou enregistrements, qui n’ont pas été montrés à Gregorio Arena pendant l’enquête, soient produits en cour ; 2) que les retranscriptions des procédures d’enquête effectuées à la Mauritius Turf Club (MTC) ne soient pas évoquées, cette institution étant « privée » ; 3) que les rapports non signés ou non datés de la MTC ne soient pas évoqués ; et 4) que des documents qui n’ont pas été communiqués à la défense ne soient pas mentionnés, car ils constitueraient une violation de la section 10 de la Constitution. La défense a en outre réclamé que les “particulars” de la charge soient expliqués clairement par la poursuite, notamment, les mots « in any other manner ».
Lors des débats sur les points de droits, la poursuite a fait savoir qu’elle ne produira pas les retranscriptions des procédures d’enquête effectuées à la MTC de même que les rapports non signés ou non datés de la MTC. La poursuite a cependant fait comprendre qu’elle insiste pour que le DVD de la course soit projeté en cour, tout en concédant que l’accusé n’a pas pu visionner ledit DVD. La poursuite ajoute qu’aucune loi ne l’oblige à présenter toutes les preuves à ce stade. Et d’insister que ce support fait partie des preuves qu’elle produira, poursuivant qu’il n’y a, en aucun cas, préjudice envers l’accusé, le procès n’ayant pas encore été pris sur le fond et les témoins n’ayant pas encore été appelés.
Pour sa part, Me Yahia Nazroo estime que son client n’a pas eu l’opportunité de visionner le DVD et que, de ce fait, il ne sait nullement ce qu’il contient, ce qui constitue, selon l’avocat, « une violation des droits fondamentaux ». Selon Me Nazroo, l’accusé est en droit de prendre connaissance des preuves portées contre lui afin de pouvoir préparer sa défense. Concernant les “particulars” de l’acte d’accusation, Me Nazroo indique que la phrase « in any other manner » n’avait pas été clairement établie par la poursuite. L’avocat de Gregorio Arena note que ces mots ne démontrent pas comment le jockey aurait « triché » pendant la course.
Gregorio Arena est accusé de “cheating” sous la section 146 (1) de la Gambling Regulary Act. Il lui est ainsi repproché de ne pas avoir suivi les instructions de son entraîneur lorsqu’il montait le cheval Saziwayo lors de la 8e course de la 24e journée, soit le 10 août dernier. Gregorio Arena avait alors vu sa licence retirée par le MTC après six mois de suspension et Rs 100 000 d’amende, infligés par les Racing Stewards après sa monte sur Saziwayo, qui était coté à Rs 600 et avait terminé 2e, soit à 1,35 m derrière Rider Cup, dont la cote était de Rs 410.