Avinash Treebhowoon (No 1) et Sandip Moneea (No 2) se sont présentés à nouveau ce matin devant le juge Prithviraj Fekna siégeant en cour d’assises. Le procès intenté par le directeur des poursuites publiques aux deux suspects dans le meurtre de l’Irlandaise Michaela Harte a commencé hier avec la nomination des membres du jury. Lors de l’audience de ce matin, les avocats ont buté sur la pertinence d’un témoignage.
Ce témoignage porte sur la présence d’une personne, en l’occurrence le dénommé Dassen Narayanen, lors d’une séance de photos prises sur la scène du crime le 29 janvier par le constable Jeewooth. Déposant en Cour ce matin, il a déclaré, à des questions posées par Me Nataraj Muneesamy, un des avocats de la poursuite, que des photos avaient été prises sous l’instruction du sergent Balgobin, en présence de l’ACP Soopun.
Lors de son contre-interrogatoire du témoin, Me Sanjeev Teeluckdharry, qui assure la défense de l’accusé N°1, Avinash Treebhowoon, a voulu savoir si Dassen Narayanen était également présent et s’il avait identifié des lieux devant être photographiés. Me Mehdi Manrakhan a objecté pour dire que cette personne n’est pas un témoin de la poursuite ni de la défense.
Le juge Prithviraj Fekna a rendu son ruling ce matin sur la demande de Me Sanjeev Teeluckdharry, homme de loi d’Avinash Treebhowoon (accusé No 1), qui avait déposé une motion « to move for particulars of the indictment ». Il a expliqué que la loi est claire et que la demande ne pouvait être acceptée.
Me Sanjeev Teeluckdharry a soutenu que la défense doit prendre connaissance des circonstances exactes du délit présumé des accusés. L’avocat a cité des autorités du Privy Council en vue de soutenir ses arguments. Selon lui, la poursuite doit donner plus de détails sur la manière dont a été tuée Michaela Harte, estimant que les informations disponibles ne sont pas claires.
Me Rama Valayden, avocat de Sandip Moneea (accusé No 2), a soutenu la motion de Me Teeluckdharry. L’homme de loi a précisé que c’est un moyen pour que la poursuite ne change pas « the grounds during the case ». Il a affirmé que la cour, la défense et le jury doivent avoir des éclaircissements pour continuer l’affaire. L’article 10 de la Constitution sur les droits des accusés, plus exactement les alinéas 2 (b) et 2 (c), stipule entre autres que l’accusé a le droit d’être informé en détail de la nature de ce qui lui est reproché.
Me Mehdi Kumar Shakeel Choony, Principal State Counsel, a répondu que les procès au criminel ont des règles strictes en ce qu’il s’agit de la procédure à suivre. Il a cité l’article 22 de la Criminal Procedure Act : « In an information for murder or manslaughter, it shall not be necessary to specify the manner in which or the means by which the death of the deceased was caused ».
Avinash Treebhowoon est défendu par Mes Sanjeev Teeluckdharry et Ravi Rutnah. Sandip Moneea est représenté devant les assises par Mes Rama Valayden, Rouben Mooroongapillay, Siven Tirvassen, Neelkanth Dulloo et Arassen Kallee. Les accusés ont plaidé non coupable hier. Le ministère public est représenté par Mes Mehdi Kumar Shakeel Manrakhan, Nataraj Muneesamy et Chitra Servansing-Bhuruth.