L’audience de ce matin dans le cadre du procès concernant l’affaire Michaela Harte a été consacrée à l’interrogatoire d’Avinash Treebhoowoon. L’accusé N° 1 a été appelé à la barre des témoins par son avocat Me Sanjeev Teeluckdharry. Il a donné sa version des faits du 10 janvier 2011, soit le jour du meurtre de l’Irlandaise. Il a expliqué s’être rendu vers 14 h dans la chambre occupée par le couple McAreavey pour la nettoyer.
Avinash Treebhoowoon déclare avoir rencontré James John McAreavey quelques minutes plus tôt à proximité de la chambre 1025. Comme la carte DND (Do Not Disturb) était accrochée au poignet de la porte, l’accusé N° 1 soutient qu’il a alors abordé l’époux de Michaela Harte pour savoir à quelle heure il pouvait nettoyer la pièce. Le mari de l’Irlandaise lui a demandé d’attendre, soutient-il.
« Li finn tap la port ek koz ek enn dimoun. Mo pa finn trouve ar ki li finn koze parski laport la pa ti ouver en gran. Li finn dir mwa revini dan cink minit. Me se ver 13 h 55 ki mo finn ale », soutient Avinash Treebhoowoon. Comme la carte DND n’avait pas été enlevée, poursuit-il, il a préféré consulter son superviseur Sandip Moneea qui se trouvait près de la chambre 1012. Après lui avoir exposé son problème, l’accusé aurait utilisé le téléphone de la 1012 pour appeler la 1025. Comme personne ne répondait, il a informé le valet de chambre qu’il pouvait s’occuper du nettoyage de la chambre des McAreavey.
À d’autres questions de son avocat, l’accusé N° 1 répond être resté de 14 h 10 à 14 h 35 dans la 1025. Avinash Treebhoowoon précise aussi n’avoir vu personne. Il a ensuite rejoint ses collègues qui se trouvaient près de la 1010.
« Mo ti ar Raj Theekoye, Sandip Moneea ek Govinden Saminaden, enn lot valet. Enn kout noun trouv Missie Brice (NdlR : le directeur du Legends) ar bagagiste pe al vit dan lasam 1025. Nou finn dir ki ena problem. Noun al gete. Mo finn trouv enn madam allonge lor ledo. So missie ti pe krye », affirme l’accusé. Il a ensuite fait état de ce qui s’est passé par la suite. Il a également donné les raisons pour lesquelles il a dû retourner dans la 1025 où la police l’a interrogé vers 18 h.