Avinash Treebhoowoon, accusé N°1 devant les Assises dans l’affaire du meurtre de Michaela Harte au Legends, a admis n’avoir jamais évoqué lors de l’enquête préliminaire ou lors des débats sur sa motion de remise en liberté, le fait, selon lui, que les enquêteurs l’ont forcé à signer des dépositions. Il a reconnu également que lors des dix-huit derniers mois, soit depuis le meurtre, il n’a rien rapporté sur la brutalité des enquêteurs, dont il allègue avoir été victime aujourd’hui.
Lors de l’audience de ce matin, Me Mehdi Manrakhan, Leading Counsel de la poursuite, a poursuivi son contre-interrogatoire de l’accusé N°1. Mais avant de poser ses questions à l’ancien valet de chambre, l’avocat a tenu à présenter au juge et au jury ses excuses à la suite d’un échange de propos entre eux hier après-midi. Le juge, parlant en son nom et en celui du jury, les a acceptées.
Après être revenu sur des questions posées par son confrère de la défense et avocat de l’accusé, Me Sanjeev Teeluckdharry, Me Manrakhan a abordé le traitement accordé par la MCIT, selon les dires de Treebhoowoon, à Me Ravi Rutnah, qui était alors son avocat. Ce dernier a maintenu ce qu’il a dit hier. Il a déclaré que lorsque les enquêteurs ont dit à Me Rutnah de s’asseoir, ce dernier a obtempéré.
Me Manrakhan : Dapre ou, eski Me Rutnah enn dimoun trankil ?
Treebhoowoon : Oui.
Me Manrakhan : Ou fin trouv li la Cour, eski li ti trankil ?
Le juge : Li ti trankil kan li ti dir ki li pou revini kouma Arnold Schwarzenegger ?
Treebhoowoon :…
Cette remarque a soulevé une protestation de Me Teeluckdharry. Il a parlé du ruling rendu par le juge qui a décidé que certains témoins qui auraient pu évoquer la façon de faire de la MCIT ne seraient pas entendus. Mais après un échange de propos entra les parties, l’avocat de l’accusé N° 1 n’a pas insisté sur sa protestation.