L’audition de ce matin aux Assises, dans l’affaire Harte, a débuté avec l’Assistant Commissaire de Police Yousuf Soopun. Le chef de la MCIT était responsable de l’enquête policière sur le meurtre de l’Irlandaise à l’hôtel Legends. Lors de l’examination-in-chief, il a déclaré qu’il a dû faire de nombreuses demandes avant d’obtenir les door readings de la chambre 1025. Selon lui, le chef de la sécurité a agi de mauvaise foi en ne les lui donnant pas tout de suite.
Le chef de la Major Crimes Investigation Team (MCIT), l’assistant commissaire de police (ACP) Yousuf Soopun, a été appelé ce matin comme témoin de la poursuite. Fort de ses 40 ans d’expérience, dit-il, c’est lui qui a supervisé toute l’enquête policière. Il a été interrogé par Me Medhy Manrakhan, Principal State Counsel, sur les faits qui ont amené son équipe à prendre le contrôle de l’enquête. Le haut gradé a expliqué que la MCIT est une unité spécialisée dans les cas d’homicide et que cette affaire « was suspected to be a foul play ». Il a alors demandé à ses sous-officiers de commencer à poser des questions avant son arrivée.
S’agissant des door readings de la chambre 1025, qui auraient été prises à 16 h 15, l’ACP Soopun a affirmé qu’il les a obtenues difficilement et a dû faire, selon lui, des « persistent requests ». « I want to state that the hotel management and more particularly M. Imrit (Chief Security Officer of Legends) has played dirty games to the police », a-t-il avancé. Il a expliqué que si l’information avait été reçue immédiatement, « no doubt that the poor M. John McAreavey would have not been brought to Piton CID and treated like a suspect ». Il a soutenu avoir été surpris, en arrivant à la CID de Piton, de voir l’époux de la victime avec des menottes. C’est lui qui aurait donné des ordres pour que les menottes lui soient enlevées et qu’il soit relâché. « Comme le meurtrier n’avait pas encore été appréhendé, j’ai demandé qu’un policier en civil soit placé près de sa chambre », a-t-il ajouté. À un moment donné le juge Prithviraj Fekna a demandé au témoin de ne pas utiliser d’« emotional language » devant le jury. « Depose in a professional manner… You have more than 40 years of experience », a-t-il soutenu. Le juge a demandé aux membres du jury de ne pas prendre en considération les « emotional comments » de l’ACP.
Le 11 janvier 2011, les limiers de la MCIT sont allés à l’hôtel Legends à Grand-Gaube. L’ACP Soopun a déclaré que les personnes qui ont eu accès aux environs de la chambre 1025 ont été interrogées. « J’ai vu Sandip Moneea remplir en vitesse un formulaire en inscrivant le nom d’Avinash Treebhoowoon disant qu’il a nettoyé la chambre 1028 au lieu de la 1025… Il a essayé de le protéger. C’est clair qu’il y avait un lien entre les deux hommes », a avancé le haut gradé.
Me Manrakhan : Pendant le contre-interrogatoire, nous avons appris qu’un couple allemand voulait faire une déclaration à la police.
ACP Soopun : Ce n’est absolument pas vrai.
Me Manrakhan : Même M. Imrit l’a dit…
ACP Soopun : M. Imrit a menti… Cela montre la mauvaise foi de M. Imrit.
S’agissant de Raj Theekoy, qui était l’un des suspects dans cette affaire, le Directeur des poursuites publiques (DPP) lui a donné l’immunité pour témoigner. Ce serait suite à une demande de l’avocat de Theekoye, Me Navin Ramchurn, au DPP. Expliquant pourquoi le porte monnaie de la victime n’a pas été sécurisé par la police, il a déclaré que la version de l’accusé N°1, disant qu’il était là pour voler, a été donnée le 14 janvier 2011 et qu’à ce moment-là, John McAreavey était déjà à l’aéroport avec les effects personnels de sa défunte épouse.
Répondant aux accusations de brutalité policière ou à l’allégation d’avoir bousculé le témoin Govinden Saminaden, l’ACP Soopun a affirmé que tout était faux.
Rappelons qu’Avinash Treebhoowoon (N°1) et Sandip Moneea (N°2) sont depuis deux semaines devant les assises dans un procès intenté par le DPP pour le meurtre de Michaela Harte. Cette Irlandaise a été assassinée le 10 janvier 2011 entre 14 h 40 et 15 h 26 dans sa chambre à l’hôtel Legends de Grand-Gaube alors qu’elle était en lune de miel avec son époux John McAreavey. Ses deux assassins présumés sont des employés de l’hôtel.
Me Sanjeev Teeluckdharry représente Treebhoowoon alors que Moneea est défendu par Mes Rama Valayden, Rouben Mooroongapillay, Siven Tirvassen, Neelkanth Dulloo et Arassen Kallee. La poursuite est composée de Mes Medhy Manrakhan, Nataraj Muneesamy et Chitra Servansing-Bhuruth.