L’audience d’hier de l’enquête préliminaire sur le meurtre de Michaela Harte a été consacrée à l’interrogatoire du Chef inspecteur Luciano Gérard, un des enquêteurs dans cette affaire. L’officier de la MCIT a donné lecture des dépositions qu’il a consignées de l’accusé N°1 Avinash Treebhowoon, dans lesquelles ce dernier a avoué sa participation au crime.
En début de séance, Me Sanjeev Teeluckdharry, qui défend l’accusé N°1, a déclaré qu’il se réserve le droit de contester l’admissibilité d’une déposition sur la base du fait que son client aurait volontairement donné certaines déclarations.
En réponse aux questions posées Me Medhi Choonee, Leading Counsel de la poursuite, le CI Gérard a souligné que le 11 janvier, l’accusé N°1 a donné une déposition dans les locaux du Central CID aux Casernes centrales. Treebhowoon a indiqué qu’il travaillait comme valet de chambre à l’hôtel Legends et qu’il avait comme Supervisor Sandip Moneea, l’accusé N°2.
Selon cette déposition, le 10 janvier 2011, soit le jour du meurtre, Treebhowoon a pris son poste à 7 h 45 le matin. Sa tâche était de ranger un certain nombre de chambres, dont la 1025, où logeait le couple irlandais venu à Maurice en voyage de noces. Sa journée de travail a débuté par un briefing avec son chef hiérarchique.
« Kot ena kart Do not disturb lor laport nou pa rantre. Sak lasam ki mo fini netoye, Sandip vinn verifie si tou korek », dit-il. Treebhowoon ajoute qu’il est entré dans la chambre 1025 vers 14 h 10. « Letan monn rantre, pa ti ena personn. Monn trouv enn portfey lor latab ar biye depase an deor. Sa finn tant mwa pou pran li. Letan monn finn rakont sa Sandip, li dir mwa pran portfey la apre nou partaz la mone. Portfey ti ankor dan mo la min ler enn madam etranze rantre. Li ti paret an koler. Li dimann mwa ki mo pe fer ar so portfey ».
La jeune femme, qui était en bikini, a commencé à crier, poursuit Treebhowoon. Pris par la peur d’être dénoncé, il a infligé un coup à la femme, qui s’est retrouvée par terre. À cet instant précis, Sandip Moneea se trouvait dans la salle de bains. Les deux employés de l’hôtel se sont penchés sur la touriste. « Mo finn pez so lipie pou anpes li bouze. Sandip inn pez so lagorz ziska li aret krie. Li finn perdi konesans. Mo regrete seki finn arive ».
Le témoin rappelle que le 12 janvier, l’accusé N°1, citant le Diary Book de la MCIT, a confessé le crime. Plus tard, Treebhowoon a également pris part à une reconstitution des faits lors de laquelle il a volontairement montré les lieux où le crime a été commis.
Lors de son interrogatoire contradictoire par Me Teeluckdharry, le CI Gérard a confirmé que l’avocat de l’accusé, Me Ravin Rutnah, n’était pas présent lorsque les aveux ont été notés dans le DB de la MCIT. Il précise qu’il en avait été informé au préalable.
À une autre question de Me Teeluckdharry, la magistrate Sheila Bonomally, qui préside l’enquête préliminaire, a déclaré qu’elle n’était pas d’accord avec la ligne de contre-interrogatoire du témoin. Elle a levé la séance pour rédiger un Ruling.
Rendant celui-ci, la magistrate considère que l’avocat s’aventure dans une route qui est, selon elle, very tricky, d’autant plus qu’il a réservé son droit de contester l’admissibilité d’une des dépositions. Elle indique clairement que cette instance ne peut débattre des motions de voir-dire.
À la reprise du contre-interrogatoire, le témoin a précisé que s’il y a des enregistrements de CCTV, ils ne concernent pas les deux accusés.
La prochaine audience aura lieu demain.