Son père, Mickey Harte, qui est intervenu dans les colonnes du Evening Herald, a fait un vibrant rappel des moments que sa famille et lui auront vécus depuis le tragique décès de Michaela à Maurice. Pour rappel, les deux accusés, à savoir Avinash Treebhowon et Sandip Moonea, attendent leur procès aux Assises prochainement.
Intervenant en Irlande, Mickey Harte a déclaré : « Nous avons tous été très choqués quand nous avons appris la nouvelle et nous avons tous perdu la chance de développer cette unique relation humaine que nous avions avec Michaela. Alors que la nature même de notre relation a changé, nous avons gardé la foi de continuer. L’ampleur de notre perte et le chagrin presque insurmontable était accompagné d’un calme apaisant qui ne pouvait que venir de Dieu et de Michaela. Ceux qui étaient proches d’elle n’ont aucun doute à l’effet que la force de la prière nous a permis de garder notre raison dans chacun des jours sombres qui ont suivi le meurtre de Michaela. Cette prière continue de nous soutenir, particulièrement dans ce moment difficile. »
« Nous serons éternellement reconnaissants envers toutes les bonnes personnes, ici en Irlande et ailleurs, de toutes les couches religieuses, qui nous ont offert leur soutien sincère depuis le 10 janvier. À tous ceux qui nous ont envoyé des messages de soutien, des livres, des prières, des rosaires et autres matériels religieux, nous vous remercions pour votre pensée. Comme je le disais au moment de notre perte, beaucoup d’entre nous avons à porter des croix très lourdes dans nos vies. Et depuis que ce drame nous est arrivé, nous sommes devenus encore plus conscients de toutes ces familles touchées par la tragédie. Vous avez surement entendu dire que le temps est un grand guérisseur. Pour moi, la vraie guérison vient seulement de Dieu. Pour notre famille, Michaela était certainement un cadeau de Dieu. »
« Alors qu’elle traversait différentes étapes de sa vie en négociant les hauts et les bas que nous rencontrons tous, on pouvait facilement dire qu’elle était consciente de la présence de Dieu dans sa vie. Je peux dire honnêtement que tous ceux qui ont eu de la chance de faire partie de ce jour, ont vu qu’elle irradiait le jour de son mariage. Je n’ai jamais vu de mariée aussi rayonnante d’une telle exubérance, et ce depuis son réveil jusqu’au lendemain de ce jour spécial. Elle était tout le temps méticuleuse et son excitation était palpable quant elle anticipait de traverser l’église afin de rejoindre John, et d’étendre la célébration de son mariage jusqu’à son 27e anniversaire, et son premier anniversaire en tant que Michaela McAreavey. »
« C’était un privilège de partager ce qui pouvait être décrit comme une grande excitation qui parcourait ses veines ce matin-là, alors qu’elle sentait pertinemment la réalité de ce qu’elle allait entreprendre. Même la solennité de l’échange des voeux devant l’évêque John McAreavey n’allait pas atténuer ce sentiment d’excitation chez elle. Ce même sentiment était aussi visible chez John et sur son visage alors qu’ils commençaient leur journée spéciale ensemble en tant que mari et femme. Une journée que, nous le souhaitions tous, allait les conduire jusque leur vieux jours. »
« Je remercie Dieu pour les souvenirs. Le festin, les discours, les danses, l’excitation de faire partie de quelque chose de très spécial devaient se perpétuer bien après minuit ce jour-là. Puis à l’arrivée du 31 décembre, arriva aussi le gâteau d’anniversaire, son premier en tant que Michaela McAreavey. Alors que le couple heureux continuait de célébrer avec la famille, ceci était leur paradis terrestre. Alors qu’ils en était seulement à leur troisième jour là-bas, la joie, le bonheur et l’excitation de ce merveilleux jour de décembre a été, en un instant, remplacé par le plus noir et le plus sombre désespoir imaginable à l’époux de Michaela, son époux de seulement douze jours. Même les plus grands écrivains ne pourront décrire la profondeur du désespoir de John à cause de la méchanceté gratuite des autres. »
Alors qu’on devrait être bientôt être fixé au sujet du début du procès aux Assises, la messe commémorant le premier anniversaire de la mort de Michaela McAreavey sera dite en l’église de St Malachy, Ballymacilroy, Co Tyrone, le vendredi 13 janvier.