La Cour suprême s’est prononcée en faveur de la levée de la mise à pied de six journées qui pesait à l’encontre du jockey Jeanot Bardottier. La nouvelle est tombée hier après-midi, quand le Mauritius Turf Club a été avisé de cette décision. Cela fait que Jeanot Bardottier pourra être en selle samedi en attendant que le MTC vienne de l’avant avec des arguments pour démontrer pourquoi le Demerit Points System doit être appliqué à l’encontre du jockey dont les intérêts sont représentés par Me Gavin Glover.
Cela fait la deuxième fois en l’espace de quelques mois que le MTC se retrouve devant un cas où il doit s’expliquer pourquoi une décision de sa part doit être maintenue. La première est intervenue après la sanction émise à l’encontre de l’entraîneur Budheswar Gujadhur, qui avait écopé d’une lourde suspension de 20 journées, couplée d’une révocation de licence, suite à la fameuse affaire Gemmayze Street. L’entraîneur avait obtenu le droit de continuer à exercer comme entraîneur, en attendant que le MTC ne vienne de l’avant pour demander confirmation de la suspension de sa licence d’entraîneur.
Ce qu’il faut savoir, c’est que la sanction émise à l’encontre de Budheswar Gujadhur avait été formulée par le board des Racing Stewards, qui était alors dirigé par Ian Paterson, et c’est ce même Ian Paterson qui était venu de l’avant avec le Demerit Points System en 2008 pour essayer de réduire les écarts de conduite en course.
Il se chuchotait depuis quelques semaines que l’entourage de Jeanot Bardottier formulerait une demande d’injonction contre la suspension du jockey pour avoir dépassé la limite autorisée au Demerit Points System. Ainsi, après le rejet de l’appel contre la suspension de quatre semaines pour sa monte sur Captain Magpie (21e journée) et la confirmation de la semaine de mise à pied émise lors de l’enquête de novo pour une faute commise lors de la 26e journée, le représentant légal de Jeanot Bardottier, Me Gavin Glover, est allé de l’avant avec son intention de contester la légitimité de l’application du Demerit Points System.
Pour l’homme de loi, il s’avère que le règlement 11 (d) des Rules Of Racing fait mention que « The Administrators shall, subject to Rule 22 (2) : have power to inflict upon any person subject to their control, and sanctionable under this paragraph, any or all of the following penalties : reprimand, caution, warning, suspension from acting or riding, warning off, disqualification, a fine not exceeding Rs 250,000 and to apply a demerit point system, using the published scale ».
Or, selon Me Glover, les Rules Of Racing ne font nullement mention du “scale” du Demerit Points System, sauf dans le contrat du jockey ou de sa licence. Ce qui fait que, selon lui, les sanctions entourant le Demerit Points System sont illégales. Il trouve aussi qu’une demande aurait dû être effectuée à la Gambling Regulatory Authority (GRA) pour approbation et que rien ne fut fait pour que cela ait force de loi.
Aussi, aucun jockey, lors d’une sanction, n’a été averti qu’il serait aussi pénalisé du nombre de points déterminés au niveau du Demerit Points System pour la faute commise, sans quoi le jockey concerné aurait aussi pu faire appel contre cette “double sanction”.