Après le report de l’audition d’hier à cause de l’absence d’un témoin de la poursuite dans l’affaire Johnson Roussety, une lettre qui aurait été envoyée par l’ex-PS du ministère des Collectivités locales à l’ancien Island Chief Executive de Rodrigues a provoqué un autre renvoi au 10 novembre.
Rappelons que le Directeur des poursuites publiques (DPP) intente un procès à l’ex-Commissaire de Rodrigues Johnson Roussety sous la charge de « influencing public official » en vertu de l’article 9 de la Prevention of Corruption Act (PoCA). L’accusé est défendu par le Senior Counsel Me Gavin Glover.
Bojzrajsingh Boyramboli, ex-Permanent Secretary du ministère des Collectivités locales et actuel PS au ministère de l’Intégration sociale, a été appelé par la poursuite hier. La défense a évoqué une lettre que le témoin aurait envoyée à l’ancien Island Chief Executive de Rodrigues Jean-Claude Pierre Louis. Bojzrajsingh Boyramboli a soutenu ne pas se souvenir de cette lettre mais qu’il pourrait éventuellement s’informer auprès du ministère des Collectivités locales. Cette lettre aurait été déchirée par Jean-Claude Pierre Louis, selon la défense. Lors du contre-interrogatoire, Bojzrajsingh Boyramboli a affirmé que la dotation budgétaire de Rodrigues est gérée par la Regional Rodrigues Assembly, qui était présidée par Johnson Roussety au moment des faits. Il a aussi indiqué que le « Island Chief Executive is usually the advisor of the Commissioner ».
L’Independent Commission Against Corruption (ICAC) a également appelé l’Acting PS du ministère de la Fonction publique Iona Melanie Auree. Elle a expliqué que son ministère agit principalement comme un « advisor » à Rodrigues.
Pour rappel, le 26 novembre 2009, Jean-Claude Pierre Louis a donné une déposition au poste de police de Port-Mathurin au sujet d’incidents survenus entre lui et l’ancien Chief Commissioner de Rodrigues en date du 7 novembre de la même année. L’affaire a ensuite été référée à l’ICAC. L’ex-Island Chief Executive reproche à Johnson Roussety de s’être opposé à la mise sur pied d’un comité pour le recrutement de quelque 200 General Workers.
Les magistrates Véronique Kwok Yin Siong Yen (présidente de l’instance criminelle de la Cour intermédiaire) et Kesnaytee Bissoonauth ont fixé la prochaine audition au 10 novembre afin de donner le temps à Bojzrajsingh Boyramboli de retrouver la lettre.