Le procès intenté à Kursley Armoogum, accusé d’avoir battu à mort Christopher Boodhoo, s’est poursuivi aux Assises ce matin devant le juge Benjamin Marie Joseph. La poursuite a entendu son dernier témoin, l’ex-fiancée de l’accusé, Caminee Chinan. Cette dernière est revenue sur les événements entraînant la mort de Christopher Boodhoo dans la soirée du 11 décembre 2011. Lors du contre-interrogatoire mené par Me Rama Valayden, et face aux contradictions, elle devait concéder qu’elle ne se souvenait pas de détails car elle revenait d’une soirée bien arrosée. L’accusé, lui, s’est effondré en larmes en présentant ses excuses ce matin.
Interrogée par le représentant de la poursuite, Me Roshan Santokee, Principal State Counsel, Caminee Chinan est revenue ce matin sur ce qui s’était passé dans la soirée du 11 décembre 2011. Elle devait raconter qu’elle revenait d’un fête bien arrosée lorsqu’elle avait apperçu que son fiancé Kursley Armoogul l’attendait. « Lorsque je me trouvais dans l’impasse pour rentrer chez moi, Kursley m’a appelé. Il m’a demandé si j’avais bu, et je lui ai répondu que je sortais d’une fête. On a commencé à se disputer et il m’a poussée par terre. C’est là que Christopher est descendu du taxi », a-t-elle relaté. Selon sa version, c’est à ce moment précis que les deux hommes ont commencé à se disputer. Kursley Armoogum infligeait des coups à Christopher Boodhoo, dit-elle. « Il l’avait jeté par terre et lui donnait des coups de pieds sans arrêt, en dépit de mes supplications pour qu’il s’arrête », a affirmé le témoin. Lors de l’interrogatoire, elle devait cependant avouer ne plus se souvenir de tous les détails, se rappelant quand même que son ex-fiancé s’était retourné pour la pousser de nouveau, ne faisant rien pour porter secours à la victime. Au moment de son contre-interrogatoire, mené par Me Rama Valayden, l’homme de loi a confronté le témoin au fait que, ce jour-là, elle était ivre et n’était donc pas en mesure de se souvenir des moindres détails. Admettant qu’elle avait en effet « beaucoup bu », Caminee Chinan devait ensuite poursuivre qu’elle connaissait l’accusé depuis 6 ans. Tous deux avaient par ailleurs des projets, Kursley Armoogum ayant contracté un prêt pour construire sa maison en vue de se marier avec le témoin. « Vous étiez donc en train de sortir à la fois avec Christopher Boodhoo et Kursley Armoogum, et ce dernier n’était pas au courant de cette relation. Vous étiez confuse ? Vous ne saviez qui choisir ? », lui a alors demandé Me Valayden.
Aux autres questions de la défense, l’ex-fiancée devait dire en cour que Kursley Armoogum était « un homme tranquille » et que, le soir du drame, c’était la première fois qu’elle le voyait dans un tel état.
Me Rama Valayden l’a par ailleurs confrontée aux faits que, dans sa déposition à la police, elle n’avait jamais dit que l’accusé s’était retourné pour la frapper une deuxième fois et qu’elle n’avait pas cherché de l’aide auprès de ses parents, qui étaient juste à côté. Caminee Chinan devait répondre qu’elle ne se souvenait pas des détails exacts et qu’elle était alors dans un état de choc, ne comprenant pas ce qui se passait.
Par ailleurs, lors de sa déclaration en cour ce matin, Kursley Armoogum s’est effondré en larmes en présentant ses excuses à sa famille et à celle de la victime. Il a demandé à la cour qu’une chance lui soit accordée car il n’avait jamais cru « qu’une telle chose allait se passer » dans sa vie. « Mo ti ena proze. Mo pa ti kwar pou ariv mwa sa ban zafer la. Mo pa ti enn dimoun zalou, sinon mo pa ti pou les mo fiance ale travay lotel. Mon met enn det lor mo fami, mo deman eskiz », a-t-il déclaré. Les avocats présenteront leur plaidoirie demain.