Le PMSD et Lalit soutiennent la décision du président de la République de demander à la Commission de Pourvoi en Grâce d’étudier la possibilité de réclamer une réouverture du dossier de l’incendie meurtrier de l’Amicale. Lalit va plus loin en réclamant une commission d’enquête pour savoir ce qui s’est réellement passé ce 23 mai 1999.
Dans une déclaration qu’il nous a faite ce matin, Mahmade Khodabaccus, secrétaire général du PMSD, a souligné que le rapport rendu public par Rama Valayden et ses amis évoque plusieurs failles dans l’enquête policière, qui auraient eu pour résultat que le dossier à charge soumis à la Cour d’assises contiendrait de faux éléments. « La conséquence de tout cela est que le doute subsiste quand on prend connaissance du rapport. Et si l’on pense que ceux trouvés coupables et qui sont en prison depuis quatorze années pourraient être innocents, alors là, il y a définitivement quelque chose à faire », a ajouté le SG du PMSD.
En ce qui concerne Lalit, ce parti reprend les récriminations contenues dans le rapport et qui ont été faites à l’égard des enquêteurs de la police pour réclamer qu’ils soient formés. Il propose que les policiers concernés soient initiés aux méthodes modernes de procéder à des interrogatoires, notamment au niveau des confessions.
Par ailleurs, Me Valayden et confrères qui ont assuré la défense des accusés dans le procès qui a fait suite au meurtre de Michaela Harte, ont animé un symposium à Rivière-du-Rempart hier après-midi. Il a été question de failles qui auraient entaché l’enquête menée par la police. Ils ont réclamé là aussi une commission d’enquête afin que toute la lumière soit faite sur les « conclusions erronées ».