Les leaders du Remake 2000, sir Anerood Jugnauth et Paul Bérenger, se disent tous deux convaincus de l’innocence des quatre condamnés à vie dans l’affaire L’Amicale qui ont fait appel au président de la République et à la Commission de Pourvoi en grâce. C’était hier lors du meeting du Remake 2000 à Goodlands. Le verdict est tombé hier même à l’effet qu’il n’y aura pas de libération des quatre condamnés.
Sir Anerood Jugnauth et Paul Bérenger sont catégoriques : « La police n’a pas fait son travail comme il se doit dans l’incendie de L’Amicale. » « Je savais que la Commission de Pourvoi en grâce ne pouvait intervenir en leur faveur. J’ai également des doutes quant à l’appel qui est proposé devant la Cour suprême. Nou ava gete ki pou arive », a déclaré SAJ.
Avant lui, Paul Bérenger a indiqué que 300 innocents, qui étaient en prison en Angleterre, ont été libérés grâce à la création d’une institution. « Ler mo propoz sa, Navin Ramgoolam sabot li. Aujourd’hui, les quatre innocents dans l’affaire L’Amicale restent en prison », a-t-il déclaré. Il s’est dit être révolté « kan mo trouv bann inosan kondane ». Aux familles des condamnés, Paul Bérenger leur a dit « ne perdez pas espoir, boul pou vire », avant d’ajouter qu’il va discuter avec SAJ de la proposition de l’avocat Rama Valayden au sujet de l’institution d’une commission d’enquête sur cette affaire avant de faire connaître sa position.
SAJ a également commenté d’autres sujets, dont l’inauguration du nouvel aéroport la semaine dernière. Il est d’accord « ki li zoli » mais pas « zis zoli zoli ki pou fer ou viv ». « Allez admirer cet aéroport tous les jours, votre ventre sera rempli », a-t-il dit à son auditoire. Selon lui, les événements qui ont lieu dans le pays actuellement signifient que Navin Ramgoolam doit partir. « Son gouvernement est fragile et c’est pour cette raison qu’il laisse faire ses ministres », a-t-il déclaré. « Navin Ramgoolam doit rappeler le pays aux urnes le plus vite. Pli li tarde, pli so sitiasion pou vinn pir ki so papa en 82. » Mais, a-t-il prévenu, « si par malheur Ramgoolam reprend le pouvoir, boukou fami pou krev de fin dan pei-la. » Paul Bérenger a aussi estimé que c’est grâce à Xavier–Luc Duval, au PMSD et aux transfuges que Navin Ramgoolam continue à diriger le pays.
Quant au leader du MSM, Pravind Jugnauth, il a dénoncé l’incompétence et le manque de leadership au sein du gouvernement et à la tête du pays. Arianne Navarre-Marie a soutenu, elle, qu’on juge un pays par la manière dont on traite les pauvres et les défavorisés. Showkutally Soodhun a promis pour sa part de cesser de faire de la politique si le MSM refait une alliance avec le Ptr. « Mo res lakaz, mo al get mo ti zanfan », a-t-il déclaré. Veda Baloomoody a estimé qu’il y a une justice à deux vitesses dans le pays. Vinay Sobrun a trouvé, pour sa part, que les jeunes sont découragés, démotivés et frustrés et finalement, Jay Prakash Meenowah a estimé qu’il y a de la misère partout, « akot dimounn pe aste legim pli bomarse pou manze ».
Le meeting était présidé par Ashit Gungah.