Développement de taille au tribunal de Pamplemousses hier à la reprise des travaux de l’enquête préliminaire sur le meurtre de Hélène Lam Po Tang. Mme Akiza Mooradun, Forensic Scientist au Forensic Science Laboratory, a déposé trois rapports portant sur des résultats des tests ADN effectués sur une série d’« exhibits » et autres échantillons (sang, cheveux). Invitée par le représentant du State Law Office et la magistrate Maryse Panglose-Cala à expliquer en détails ses « findings », le témoin a précisé que le profil génétique de l’accusé Nunkoo avait été identifié sur des prélèvements sur des clés de la maison des Lam Po Tang. Ces clés se trouvaient dans le cendrier de la maison au moment de la découverte du corps.
Par contre, l’ADN et le sang d’un « unknown male person », de même que celui de l’accusé, ont été prélevés dans le véhicule immatriculé 2868 JU 07 que conduisait le meurtrier présumé Sanjeev Nunkoo. Cette affirmation du témoin a immédiatement poussé la magistrate à rechercher des explications de la poursuite quant à l’enquête policière au sujet de ce suspect inconnu. Me Nataraj Mooneesamy du State Law office s’est vu confier la responsabilité de soulever cette question auprès du directeur des poursuites publiques (DPP). À cette séance, Me Rama Valayden assurant les intérêts de Sanjeev Nunkoo était absent pour cause de maladie et a été remplacé par son collègue Me Rouben Mooroongapillay.
Alors que le témoin avait fini de produire ses rapports en cour et de répondre aux questions de l’avocat de la poursuite, la magistrate Panglose-Cala a voulu en savoir davantage sur la dernière partie du  rapport concernant les examens effectués sur des prélèvements de sang retrouvés dans le véhicule 2868 JU 07. C’est à ce moment précis qu’il a été question de l’ADN d’un suspect inconnu de sexe masculin.
Q : Pouvez-vous expliquer ce que vous dites en page 4 de votre rapport concernant un « partial male profile obtained ». De qui s’agit-il ?
R : Ce profil (génétique) a été comparé à toutes les personnes de sexe masculin qui sont concernés par cette affaire mais ne correspond à aucun d’entre eux.
Q : D’où provient l’échantillon analysé ?
R : Du van.
Q : De quel « swab » s’agit-il ?
R : It was tested presumptive for the presence of blood using the Blue      Star test.
Q : De qui est ce sang ?
R : It is unknown.
Q : N’est-ce pas le sang de l’accusé ?
R : Non.
Q : Ici vous écrivez : «Swabs were taken from carpet below the gear, in between the driver and the passenger seats, matches DNA profile obtained from controlled sample of blood of the accused.»
R : Oui.
Q : Donc, l’un correspond à celui de l’accusé et l’autre ne lui appartient pas ?
R : Oui.
Cette réponse du témoin suscite une série de questions de la magistrate.
Q : What we want to know is who is the other male person whose swabs has been taken from the floor of the front passenger seat. How can we know this? Have you been able to find out? Did you try to trace out that person? We want to know. Because the accused is not on trial. It is an enquiry. And we need to find out everything.
R : C’est à l’officier responsable de l’enquête policière de nous emmener d’autres suspects. Nous comparerons leur ADN à celui du « unknown male ».
Q : Vous avez conclu votre rapport ainsi : «The profile obtained was of an unknown male person.» Which means you are telling us the swabs taken from the floor of the seat of the passenger van does not match those of the seven people here? (NdlR : des échantillons de sept potentiels suspects ont été prélevés et analysés) How can we find this person in the interest of justice? What should the police do now?
À ce stade, Me Mooneesamy du SLO intervient : « C’est à l’accusé de nous dire de qui il s’agit. »
R : The enquiring officer should bring other suspects and we will compare their DNA with that of the unknown person.
Q : Nous voulons savoir si l’ADN de cet inconnu peut être retracé ?
R : Oui.
La magistrate se tourne alors vers le représentant du SLO.
Q : What are we supposed to do now? The enquiry revealed one unknown DNA. Can you tell us Mister Mooneesamy?
R : The enquiring officer is still trying to find out, but the accused is the only one who can tell.
Q : Can we do other things? Like ask for a further enquiry from the police, send the DNA profile abroad for further tests?
R : Cela ne changera rien. Le résultat sera le même.
Q : Can we ask the police to do something?
R : It stops at the door of the accused. The police has done its best in this case. If tests are carried out abroad, I can tell you that the outcome will be the same. The police has exhausted all possible avenues.
Q : Le témoin a dit plus tôt qu’il existe une banque ADN au FSL…
R : I will liaise with the DPP and look into it.
Q : We don’t want to let some get away with murder.
R : That’s not the way we want things to go.
Auparavant, répondant à d’autres questions de la magistrate, Mme Mooradun avait précisé que du sang retrouvé sous les ongles de la victime ainsi que dans le manche du couteau retrouvé par la police sous le pont Colville Deverell avaient aussi été sujet à des tests ADN. Le profil génétique identifié à partir de ce sang est celui de la victime, à savoir Hélène Lam Po Tang. Le témoin a aussi expliqué qu’un brin de cheveu retrouvé entre les cuisses de la victime n’avait pas donné de résultats probants.
Ci-dessous d’autres extraits de l’interrogatoire de Mme Mooradun through court.
Q : Did you compare that single hair found between the thighs of the victim to that of the accused?
R : No, because no controlled sample of scalp hair was obtained from the accused.
Q : Pourquoi pas ?
R : Le médecin est celui qui a prélevé des échantillons et les a envoyés au laboratoire, où des instructions sont données pour que des brins de cheveu soient prélevés.
Q : Pourquoi n’avez-vous pas demandé au docteur d’obtenir un échantillon des cheveux de l’accusé pour le comparer à celui-ci ?
R : Ce seul cheveu a déjà été soumis au test ADN.
Q : Où ?
R : Au laboratoire. Quand un cheveu y est envoyé à des fins de test ADN, la racine des cheveux est coupée. Ainsi on ne peut plus le comparer à un autre cheveu.
Q : Il semble à la cour que vous avez seulement cherché les cheveux de la victime dans tous les échantillons au lieu de chercher l’ADN des suspects ?
R : Quand nous envoyons des échantillons aux fins de tests ADN, nous comparons déjà ceux-ci à l’ADN de toutes les personnes qui sont impliquées dans l’affaire. I mean brought by the police.
Q : Il est écrit dans votre premier rapport : «Nail cuttings from both hands were found with stains of human blood.» Whose blood was that?
R : From the left hand, we found that it was the blood of the victim as this was subjected to DNA analysis and victim’s profile was obtained. The nail cuttings from the right hand were also subjected to DNA analysis. But due to insufficient amount of sample, no profile could be obtained.
Q : Au FSL, ils ne sont pas suffisamment avancés que d’autres pays, ni sont-ils suffisamment équipés afin de tester les échantillons. Est-ce pourquoi seulement l’ADN de la victime a été retrouvé ?
R : Nous ne sommes pas aussi avancés que d’autres pays mais cela dépend aussi de la qualité et de la quantité d’échantillons qu’on nous envoie pour les tests ADN.
Q : Relatif à l’échantillon JV 7, à savoir des fragments de cheveux, il est écrit : «The remaining hair containing roots were subjected to DNA analysis.» De l’ADN a-t-il était obtenu de ces cheveux ?
R : Des 11 fragments restants, seulement deux avaient des racines. Ces deux brins de cheveu ont été soumis à des tests ADN et le profil de la victime a été obtenu.
Q : It seems you have looked only for the victim’s hair?
R : It was not like that. If we get a profile from an exhibit, it is compared to the victim’s profile and with all the other persons involved in the case, and not just with the victim’s profile.
Q : Do you think that these samples could be sent abroad to find the DNA profiles which have not been able to retrieve?
R : Yes. There is another technique called Mitochondrial DNA which can be done on hair only.
Q : Qu’en est-il de l’analyse des cheveux contenant les racines ?
R : Ces cheveux ont été soumis au test ADN et le profil de la victime a été obtenu. Pour commencer, ces cheveux ont été examinés au microscope et comparés à d’autres.
Q : I feel that once the FSL finds the profile of the deceased, they stop here. They should look further. We want to find out more. It’s true that you found some for the accused…
À ce stade, Me Mooneesamy pose d’autres questions au témoin.
Q : Suis-je correct en disant que quand vous analysez n’importe quel échantillon pour obtenir un profil ADN, à partir de ce profil ADN, vous pouvez dire si le donneur est un homme ou une femme ?
R : Oui.
Q : Pouvez-vous expliquer comment ?
R : In the DNA profile, there is a locus, a sex marker. We already know from the profile obtained whether it’s male or female.
Q : Dans la présente affaire, dès que vous obtenez un ADN with a female sex marker, il n’est donc plus nécessaire de le comparer à un ADN de sexe masculin ?
R : Oui.
Q : Donc, il n’y a pas besoin de comparer cet ADN féminin à aucun homme?
R : Oui.
Q : Incluant l’accusé ?
R : Oui.
Auparavant lors de l’Examination in Chief de Mme Mooradun, celle-ci avait répondu qu’en fonction des prélèvements effectués sur les clés se trouvant dans le cendrier, l’ADN du suspect Sanjeev Nunkoo a été découvert. Ces prélèvements avaient été effectués par le sergent Jeetoo du Scene of Crime Office (SOCO). À ce propos, le témoin a eu ceci à dire : «The swab was received from PS Jeetoo. It was a swab and then tested positive for the presence of blood. This was subjected for the presence of blood.»
Q : In relation to JV 2, which was the swab taken from the keys that were in the ashtray, you found that the DNA matches that of Mr Nunkoo?
R : Yes.
La défense a pour sa part choisi de ne pas contre-interroger Mme Mooradun sur le contenu de ses rapports.
Les travaux de l’enquête préliminaire se poursuivent vendredi.