En dépit d’avoir été acculée sur un certain nombre de points de l’enquête policière, l’accusation, avec le chef-inspecteur Luciano Gérard en tête, soutient mordicus que Sanjeev Nunkoo a bel et bien tué Hélène Lam Po Tang. Histoire d’y voir plus clair, Week-End propose à ses lecteurs une chronologie de ce qui a pu se passer, en fonction des mots mêmes de Sanjeev Nunkoo.
Entre 2005 et août 2010 : Sanjeev Nunkoo se joint à la compagnie Lam Po Tang à La Tour Koënig, qui avait pour directeur Gary Lam Po Tang. Il a la confiance de son patron, qui lui donne une promotion quelques années après son arrivée. Pour son mariage, son patron lui avait accordé un prêt de Rs 15 000. Mais étant donné qu’il voulait acheter un terrain de 72 toises à Rs 1 million, il avait encore besoin d’argent. Ayant à fournir un dépôt de Rs 115 000 sur ledit terrain, Nunkoo affirme avoir obtenu Rs 100 000 de son beau-père, mais avait besoin de Rs 100 000 encore pour obtenir un prêt bancaire de la banque Bramer. « Mo ti koz sa projet la ek Gary Lam Po Tang et li ti dir moi li pu aide moi. Li finn donne moi Rs 100 000. Mo vinn verse Rs 80 000 la bank. Letan li ti done moi sa cash la, li ti dir moi pa pu li sa et kitfwa mo pu ena enn travay pu fer pu li pli tard », a-t-il dit.
Septembre 2010 : Nunkoo approche la Bramer Bank pour un prêt bancaire. Mais ses relations avec Gary Lam Po Tang tournent alors au vinaigre. « Mo ti koz sa projet la ek Gary Lam Po Tang et li ti dir moi li pu aide moi. Li finn donne moi Rs 100 000. Mo vinn verse Rs 80 000 la bank. Letan li ti done moi sa cash la, li ti dir moi pa pu li sa et kitfwa mo pu ena enn travay pu fer pu li pli tard. »
6 Octobre 2010 : Gary Lam Po Tang, qui devait se rendre en Chine le lendemain pour un voyage d’affaires, approcha Sanjeev Nunkoo pour lui dire que son voyage avait été reporté pour le 10. Et devait préciser : « Ena enn travay ki pu bizin fer. »
10 octobre 2010 : Départ de Gary Lam Po Tang pour la Chine.
11 octobre 2010 : Appel de Gary Lam Po Tang à Nunkoo. Ce dernier affirme : « Linn dir moi prepar moi pu sa travay la. »
12 octobre : Nouvel appel de Gary Lam Po Tang à Nunkoo. Le patron veut savoir si son employé a contacté un dénommé Hakim. « Gary inn dir moi ki Hakim ki ti fer li gayn sa Rs 100 000 ki ti pret moi la, ek ki li ti enn garant. »
14 octobre : Gary Lam Po Tang appelle encore son employé « pu gueter ki bizin fer ». Nunkoo répond par la négative. Le patron lui aurait alors dit : « Sorti ale lakaz kot moi. Ena enn madam kot moi. Touy li. »
« Ou latet bon ? », lui aurait alors répondu Nunkoo.
Gary Lam Po Tang (selon Nunkoo) : « Hey ou ! Inn dir ou fer enn travay. Ou ale fer li. Si ou pa fer sa, ou perdi partou. »
Nunkoo : « Sa pa kapav fer sa travay la tousel… »
Gary Lam Po Tang : « Ena enn dimunn pu aid twa pu fer sa travay la… »
Nunkoo affirme alors avoir pris son véhicule pour se rendre au Caudan, après cette conversation bouleversante. Là il devait jouer au Casino. Nouvel appel de Gary Lam Po Tang en ces termes : « Apel kot moi. Fer toi pass pu Kevin, de Bramer Bank. Dir to ena enn document pu deposer vers 15-16h. » Nunkoo se serait alors dirigé vers le Jumbo de Riche-Terre, où il a acheté un couteau vers 14h30. Par la suite, il a mis le cap sur Baie-du-Tombeau et a téléphoné au domicile des Lam Po Tang. Un homme lui a donné des directives pour garer son véhicule et lui a demandé de le rejoindre dans la maison des Lam Po Tang. L’inconnu était d’origine sino-mauricienne et mesurait environ 1m70. L’homme lui aurait également remis un couteau au manche marron, avec une lame de six pouces. « Pran sa, fer to travay », lui aurait dit l’inconnu. L’homme appela : « Helene ! Vinn guet sa !  » Lorsque la victime apparut, l’homme cria : « Pik li ! « 
Sanjeev Nunkoo poursuit : « Monn finn sot derier so ledos, lerla mo finn pik li kot so ventre ek so sein. Madam la dir : Ki fer ?… « 
Après avoir quitté la maison des Lam Po Tang, Nunkoo dit avoir parlé à son épouse au téléphone. Celle-ci est une policière qui était alors affectée au service du ministre Sheila Bappoo. En route pour déposer du KFC à son épouse sur son lieu de travail, il s’est arrêté, « pu zet kouto dan presipiss ».
« Mo regreter seki mo finn fer, Si mo pa ti fer li, ti pu ena represay kont moi ek mo fami. Misie ki ti dan lakaz la, mo penser li konn madam la bien, le fait ki li finn apel madam la ‘Helene’ (…) Letan mo finn kit lakaz, Mme Lam Po Tang pa ti ankor mort. Letan linn dir moi ‘ki fer’, mo finn saisi. Mo pa ti ena okenn repons pu dir li. (…) », a-t-il avoué.
Par la suite, Sanjeev Nunkoo s’est rétracté dans sa version des faits :
« Mo pu rakont la verite. Seki monn dir dan mo bann lenket, ziska le 6 octobre li bon. A partir le 12 octobre ena bann corrections (…) Gary ti telephone moi pu dir moi ale guet bann simins ki pre kot so lakaz bien. Mo ti ale aster enn kouto Jumbo Riche Terre, moins ki Rs 100. Monn zet kouto la dan la cour Mme Lam Po Tang. Li ti ankor dan so lembalaz. Mo finn apel kot Mme Lam Po Tang. Enn la voix masculine dir : « Passe pran parcel la ». Mo finn rapeler quelques minutes pli tard. La voix la dir moi pass par la cuisine. Letan monn ariv la bas, missié chinois ki ti la dir moi pass dan couloir, ale dan lasam. Ti ena enn madame Chinois en bas, mais li ti fini mort. Ti ena disang epais enba. Linn dir moi pran parcel la. Mo pa finn kapav. Ti tro lourd ek ti ena tro buku disang. Lerla misie la finn laguer ar moi. Ti ena enn kouto anba. Mo finn pran sa pu menas li, pu li laiss moi aler… »
« Missie Gary ti promet moi le 14 octob pu donne moi Rs 500 000 si mo debarass sa parcel la (…) Mem zour, li dir moi 13h30 sorti depi lizin, ale debarass parcel. Li dir li pu donne moi Rs 500 000. Si mo ti kapav lev lekor la, mo ti pu ale zet lekor la pont Colville. C’est enn vengeance Missié Lam Po Tang ».
Il s’agira à la magistrate Panglose-Cala de tirer au clair toutes ces versions des faits.