Photo archive

Le Front Libération National (FLN) a réuni la presse ce vendredi 12 janvier, afin de mettre en exergue des zones d’ombre qui persistent sur l’incendie criminel de la maison de jeux L’Amicale, à Port-Louis, survenu le 23 mai 1999.

Pour rappel, sept personnes ont péri dans cet incendie et quatre autres personnes furent condamnées après une première enquête suivie d’un procès aux Assises. Plus de 17 ans après, quatre personnes sont toujours incarcérées, et malgré le nombre d’années passées, ils ont toujours clamé leur innocence.

Les membres du parti Front Libération National réclament l’institution d’une broad-based et full-fledged commission d’enquête dans les plus brefs délais afin de faire la lumière sur cette affaire, tout en faisant un appel à la Présidente de la République.

Ils souhaitent en savoir davantage sur les circonstances et les raisons pour lesquelles Mohamed Fawzee Abdool Hakim,une des sept victimes, fut sauvagement battu et fut retrouvé mort au deuxième étage de l’immeuble avant l’incendie; et si cette affaire est liée à l’incendie. Qui plus est, le FLN se demande si des déclarations publiques après l’incendie venant des personnalités politiques auraient eu quelque influence sur l’enquête policière, l’enquête préliminaire ou le procès aux Assises entre autres.

Le parti lance aussi un appel au Commissaire de police pour le recrutement des membres de la force policière étrangers qualifiés afin de faire la lumière sur les crimes atroces commis ces dernières années.