En attendant la confirmation de l’arrivée de Kathi Lynn Austin, Executive Director de Conflict Awareness Project, pour compléter sa déposition à l’Independent Commission Against Corruption (ICAC) sur le réseau de trafic d’armes, le Central CID a repris au début de la semaine le volet de l’enquête sur le cas de Forgery sur des documents officiels. L’un des principaux suspects et ancien partenaire d’affaires du tandem russe Andrei Kosolapov et Sergei Denisenko, Marie Terry Sergio Harrison, a été placé en détention policière depuis hier soir en vue de compléter son interrogatoire à ce sujet. Il a retenu les services de Me Dick Ng Sui Wah pour cet exercice, qui a été précédé ce matin d’une perquisition policière à son domicile.
Teddy Harrison s’est de nouveau retrouvé dans le collimateur de la police suite à un mandat d’arrêt émis contre lui par le magistrat siégeant au tribunal de Port-Louis. Le directeur de la compagnie Superfly Aviation Ltd, qui est en liberté sous caution dans une autre affaire de swindling d’un montant de Rs 10 millions (360 000 dollars américains), n’a pas respecté les conditions de sa remise en liberté provisoire.
En février 2012, suite à une déposition consignée contre lui par Andrei Kosolapov, qui était représenté par Me Yousuf Mohamed, Senior Counsel, Teddy Sergio Harrison avait été appréhendé et avait comparu devant le tribunal de Port-Louis sous une charge provisoire de swindling. Il a eu à verser une caution de Rs 25 000, des frais de Rs 500 et une reconnaissance de dettes de Rs 100 000. De plus, il devait se rapporter au poste de police de Rose-Hill chaque samedi entre 6 heures et 18 heures.
Devant la violation de ces conditions de liberté provisoire, les autorités policières ont obtenu un mandat d’arrêt en bonne et due forme, qui a été exécuté par le Central CID hier après-midi. D’autre part, Teddy Sergio Harrison était également recherché dans le cadre de l’enquête ayant trait au réseau de trafiquants d’armes allégués, dont les cerveaux n’étaient autres que les deux ressortissants russes, qui ont quitté Maurice en catastrophe le 15 juillet 2012.
Teddy Sergio Harrison est accusé de forgery sur un document officiel de l’État, en l’occurrence un faux Air Operation Certificate. Il avait fait usage de ce faux document pour soutirer la somme de Rs 10 millions (360 000 dollars) d’Andrei Kosolapov et de Sergei Denisenko. Il aurait fait croire que cet Air Operation Certificate portant le sceau du Département de l’Aviation Civile était authentique. Cette somme de Rs 10 millions représentait une participation des Russes à hauteur de 15% au sein de Superfly Aviation Ltd.
Blanchiment de fonds
Les deux ressortissants russes devaient découvrir la supercherie quand ils ont approché les autorités mauriciennes pour enclencher les procédures d’opération des avions à partir du Sir Seewoosagur Ramgoolam International Airport.
Répondant à une Private Notice Question du leader de l’opposition, Paul Bérenger, à ce sujet le 27 juillet de l’année dernière, le Premier ministre, Navin Ramgoolam, avait soutenu que « as I have already indicated, it is noteworthy that a previous application by Superfly Aviation Ltd. for an Air Operation Certificate was not proceeded with as the document purporting to be an Air Operation Certificate issued by the Director of Civil Aviation was found to be fake ».
Les procédures initiées par les Russes furent gelées et toute l’affaire fut soumise aux autorités compétentes. « The matter was submitted by the Director of Civil Aviation to the Commissioner of Police on 27 July 2011, which led to the arrest of a Mauritian national. He was provisionally charged for swindling », a-t-il ajouté en soulignant que le dénommé Andrei Kosolapov devait approcher de nouveau le directeur de l’Aviation Civile pour reprendre à zéro les procédures.
Cette nouvelle étape fut enclenchée au nom d’Island Air System avec Me Zakhir Mohamed en tant que Chief Executive Officer. Mais cette demande fut rejetée par les autorités mauriciennes alors que Kathi Lynn Austin de Conflict Awareness Project mettait la dernière main au rapport de son enquête sur les agissements et intentions des deux présumés trafiquants d’armes russes.
Avec l’annonce de l’intention de Kathi Lynn Austin de faire le déplacement à Maurice pour cette affaire, il faudra s’attendre à voir un réveil subit d’autres autorités, qui avaient instruit des enquêtes, notamment pour des délits de blanchiment de fonds. À ce jour, très peu de détails ont transpiré du côté de l’Independent Commission Against Corruption dans son enquête sur les allégations de trafic d’armes après la première déposition de l’Executive Director de Conflict Awareness Project depuis mai dernier à Londres.