Le procès dans l’affaire de l’agression à l’acide du Dr Krishan Malhotra, commis en 1998, a enfin connu un dénouement. Les deux accusés, Neerunjun Ramdin et Kissunkumar Hazareesing, qui s’étaient finalement rétractés pour plaider ensuite coupable le 5 septembre dernier, ont finalement écopé d’un an de prison chacun. La sentence a été prononcée hier en Cour intermédiaire devant les juges Renuka Dabee et Vijay Appadoo.
Neerunjun Ramdin et Kissunkumar Hazareesing, poursuivis en Cour intermédiaire pour l’agression à l’acide du Dr Krishan Kumar Malhotra, ont tous deux écopé d’un an de prison. Neerunjun Ramdin était poursuivi sous la charge de “assault with premeditation” alors que Kissunkumar Hazareesing, lui, l’était sous la charge de “aiding and abetting the author in the commission of a crime”. Les deux accusés étaient représentés par Me Nuvin Proag. En rendant sa sentence, la juge Dabee a fait part des nombreux facteurs atténuants ayant été pris en compte. Elle a ainsi rappelé le long délai écoulé entre le jour de l’arrestation et celui du verdict, soit 16 ans. La magistrate devait aussi prendre en considération le fait que les deux hommes sont mariés et père de famille et n’ont jamais eu auparavant de reproches de leur employeur. De même, rappelle-t-elle, les deux accusés ont plaidé coupable en cour.
Cependant, la magistrate a statué qu’un service de travaux communautaire ne serait pas la solution dans cette affaire étant donné la gravité du délit. Elle a ainsi rappelé la charge portée contre Neerunjun Ramdin, qui a jeté de l’acide sulfurique au visage du Dr Malhotra, qui a perdu la vue depuis. Quant à Kissunkumar Malhotra, il lui est reproché d’avoir emmené Neerunjun Ramdin à la clinique pour commettre son délit et de l’avoir ensuite ramené après l’agression.
La juge s’est penchée sur l’audition du Dr Malhotra, qui a fait part de « l’expérience traumatisante et agonisante subie après l’agression » et qu’après cette agression, il avait perdu son travail et portait des cicatrices sur plusieurs parties du corps. En vue des circonstances atténuantes prises en considération par la cour, celle-ci a ainsi infligé aux deux hommes un an de réclusion chacun. Quant à Neerunjun Ramdin, les huit jours passés en détention seront déduits de sa peine.
Les faits remontent au 12 mars 1998. Le Dr Krishan Kumar Malhotra, alors directeur de la clinique MedPoint et gendre de sir Anerood Jugnauth, reçoit un jet d’acide sulfurique concentré au visage alors qu’il se trouve à la clinique. Interrogé par la police, Neerunjun Ramdin n’a pas nié qu’il se trouvait à la clinique le jour de l’agression, mais a insisté cependant sur le fait que sa présence sur les lieux n’était que « pure coïncidence ». Quant aux brûlures à son bras, il avait affirmé s’être brûlé alors qu’il faisait « frire du poisson » chez Kissunkumar Hazareesing. Mais le Dr Satish Boolell, ancien chef du département médico-légal, avait expliqué, lors du premier procès, que la brûlure avait été causée par une substance corrosive, et non pas par de l’huile chaude.
Pour rappel, le 21 août 2008, le magistrat Pritviraj Fekna (Ndlr : maintenant juge) de la Cour intermédiaire avait condamné Neerunjun Ramdin et Kissunkumar Hazareesing à six ans de prison chacun. Le 10 décembre 2010, les accusés avaient fait appel du jugement devant la Cour suprême. Les juges Asraf Caunhye et Nirmala Devat avaient alors statué qu’il y avait des irrégularités dans le procès, annulant ainsi la sentence de six ans de prison et ordonnant « a fresh hearing of the charges by a differently constituted bench of the Intermediate Court ».