Les auditions se sont poursuivies hier dans l’affaire MCB / NPF devant le magistrat Raj Seebaluck siégeant en cour intermédiaire. L’ancien Permanent Secretary du ministère de la Sécurité Sociale a été appelé à la barre des témoins hier. Il ressort que la Principal Accounting Officer Amina Rojooa n’aurait pas suivi les instructions du Investment Committee concernant la somme qui devait être investie.
Le nouveau témoin Reshad Hosany, Deputy Chairperson de la Public Service Commission (PSC) et ancien Permanent Secretary (PS) du ministère de la Sécurité sociale au moment des faits allégués en 2002, a été interrogé hier par la poursuite représentée par Mes Rashid Ahmine (Senior assistant DPP) et Yorgesh Bhookun.   
Lors de l’examination-in-chief, Reshad Hosany a expliqué que la National Pension Fund (NPF) est la contribution des employés et des employeurs du secteur privé « in regard to pension benefits ». Il a soutenu qu’il y a un NPF / NSF (National Savings Fund) Committee où il était membre quand il était le PS de la Sécu. Le témoin de la poursuite a ajouté que ce comité s’occupe de l’investissement du « surplus » d’argent. À la réunion du 26 novembre 2002, le comité a décidé que Rs 200 millions, qui avaient atteint sa maturité, devaient être investies de nouveau. Rs 100 millions aurait dû être utilisées pour acheter des bons du trésor et l’autre moitié réinvestie à la MCB « if any other banks wouldn’t pay better rates ».
Le 6 février 2003, la Principal Accounting Officer Amina Rojooa aurait dit à Reshad Hosany qu’il y a eu un problème quant aux fonds investis à la MCB et qu’elle aurait déjà averti le Premier ministre d’alors. Selon le témoin de la poursuite, « the matter was taken to cabinet level ». L’ancien PS a affirmé que la banque avait fait servir un communiqué pour dire que le nécessaire serait fait. Il a souligné qu’il a écrit à la banque pour la restitution de l’argent investi au ministère. L’établissement lui aurait alors assuré que l’argent serait retourné et que Amina Rojooa avait été désignée comme « contact person » entre le ministère et la MCB.
Me Ahmine : Did the ministry try to get a guarantee from the bank ?
Reshad Hosany : Yes… Following our correspondance.
Reshad Hosany a expliqué que c’était une lettre sans le « heading » de la banque. Il a souligné qu’il n’était pas satisfait de cette lettre et qu’il en a fait part à Amina Rojooa, lui soutenant que le document fallait avoir le « proper heading and signed by the senior management ». Interrogé, Reshad Hosany a répondu que des Rs 100 millions qui devaient être utilisées pour acheter les Treasury Bills, seulement Rs 75 millions avaient été utilisées en ce sens.
Me Ahmine : Did the ministry try to find out why the decision was not applied ?
Reshad Hosany : Yes. Icac was undertaking an investigation so we let them carry it on.
Reshad Hosany a ensuite été contre-interrogé par le Senior Counsel Me Éric Ribot. L’homme de loi a tenu à clarifier certaines choses en précisant que le « surplus fund » est la somme restante après les « administrative costs ». Martelé de questions, l’ancien PS a affirmé que le taux d’intérêt est l’une des critères que le comité observe pour investir. L’avocat lui a demandé si cet intérêt était payé directement sur le compte ou alors versé par chèque. Le témoin a répondu qu’il ne le savait pas.