Le procès intenté par le Director of Public Prosecutions (DPP) à la Mauritius Commercial Bank (MCB) dans l’affaire de détournement de fonds du National Pension Fund (NPF) devait reprendre hier en Cour intermédiaire devant les magistrats Renuka Dabee et Vijay Appadoo. Était prévu le contre-interrogatoire du Fraud and Risk Manager de la banque, Clifford Allet. Mais alors que le témoin s’apprêtait à répondre aux questions de la poursuite, l’audience a été interrompue par une panne d’électricité.
Plongés dans l’obscurité totale, les magistrats n’ont eu autre choix que de lever l’audience en attendant que la fourniture électrique soit rétablie. La Cour intermédiaire n’ayant pas de générateur, toutes ses activités ont été paralysées pendant presque 45 minutes. Après une longue attente, les magistrats devaient faire comprendre aux hommes de loi que l’affaire ne pouvait reprendre en raison d’une panne de l’appareil de Digital Recording. Le procès reprend donc aujourd’hui.
Clifford Allet est contre-interrogé sur les procédures de vérifications de transactions ainsi que les divers chèques qui avaient été émis. Le Fraud and Risk Manager a soutenu hier que d’autres clients ayant de gros dépôts fixes à la banque – tels Air Mauritius, le Sugar Insurance Fund Board ou la Mauritius Union Insurance – ont dans le passé déjà été victimes de cas de détournements de fonds. Rappelons que ce procès fait suite à l’affaire de détournement de Rs 881,6 millions déposées à la MCB par le NPF. La banque est poursuivie sous les articles 3 et 8 de la Financial Intelligence and Anti-Money Laundering Act, couplés à l’article 44 (2) de l’Interpretation and General Clauses Act. Mes Maxime Sauzier et Eric Ribot défendent les intérêts de la MCB alors que la poursuite, elle, est représentée par Me Rashid Ahmine, assisté par Mes Prashant Bissoon et Yogesh Bookhun.