Le procès intenté par le DPP à la MCB dans l’affaire de détournement de fonds du National Pension Fund (NPF) a repris hier en Cour intermédiaire devant les magistrats Renuka Dabee et Vijay Appadoo avec le contre-interrogatoire du Fraud and Risk Manager de la banque, Clifford Allet. Répondant aux questions de Me Rashid Ahmine, assistant DPP, le représentant de la banque a confirmé que d’autres clients ont aussi été victimes de cas de détournements. Me Ahmine a longuement interrogé le témoin sur les procédures de vérification avant d’approuver le paiement d’un chèque. « Vous êtes surpris que Robert Lesage a pu commettre des fraudes d’une telle envergure ? », a lancé Me Ahmine.
Clifford Allet a soutenu hier lors de son contre-interrogatoire que d’autres clients ayant de gros dépôts fixes à la banque, tels Air Mauritius, le Sugar Insurance Fund Board ou la Mauritius Union Insurance, ont déjà dans le passé été victimes de cas de détournements de fonds. Revenant à l’affaire du NPF, Me Ahmine devait demander au client comment l’argent a été détourné. « Robert Lesage a donné des instructions pour casser les dépôts et émettre des chèques depuis août 1996. C’est lorsqu’il fallait rembourser les dépôts que la banque a su ce qui s’est passé », a répondu Clifford Allet. Ce dernier a confirmé que, dans le cas du NPF, plusieurs Office Cheques ont été émis et “made payable”. Le Fraud and Risk Manager de la MCB a déclaré que « ces chèques avaient été émis sur les instructions de Robert Lesage » et que « les employés n’ont fait que suivre les instructions ».
Me Rashid Ahmine l’a alors interrogé sur les procédures de vérifications avant de donner le leur pour le paiement d’un Office Cheque. « Vous voulez dire que quand Robert Lesage donne des instructions, les employés de la banque sont supposés les suivre aveuglément. Ils ne sont nullement concernés par les instructions du client ? Et vous êtes surpris que Robert Lesage a pu commettre des fraudes d’une telle envergure ? », a déploré Me Ahmine. Clifford Allet devait expliquer que, quand un dépôt fixe arrive à maturité, il y a une vérification de fonds au début pour vérifier si l’argent est disponible et que, par la suite, pour émettre des chèques, il n’y a pas à faire d’autres vérifications.
Rappelons que ce procès fait suite à l’affaire du détournement de Rs 881,6 millions déposés à la MCB par le NPF. La banque est poursuivie sous les articles 3 et 8 de la Financial Intelligence and Anti-Money Laundering Act, couplés de l’article 44 (2) de l’Interpretation and General Clauses Act. Mes Maxime Sauzier et Éric Ribot défendent les intérêts de la MCB alors que la poursuite, elle, est représentée par Me Rashid Ahmine, assisté par Mes Prashant Bissoon et Yogesh Bookhun.