Le retour de Pravind Jugnauth au sein du gouvernement dans la position stratégique de ministre des Finances se traduit par des changements dans le calendrier du Government Business. En effet, le Budget Day, qui avait été fixé au lundi 6 juin dans l’éventualité d’une présentation par le Premier ministre, sir Anerood Jugnauth, a été repoussé à une date ultérieure. Autre chambardement : The Supplementary Appropriation (2015-16) Bill, soit un budget supplémentaire de Rs 4,1 milliards, qui est à l’agenda des travaux parlementaires du jour, a été renvoyé à mardi suite à des consultations avec l’opposition aux termes des traditions de l’Assemblée nationale. Compte tenu du jugement en appel de la Cour suprême, renversant la condamnation à douze mois de prison du leader du MSM prononcée par la Cour intermédiaire, les procédures ont connu une nette accélération, hier après-midi. De ce fait, Pravind Jugnauth a prêté serment devant la présidente de la République, Ameenah Gurib-Fakim, ce matin à la State House avant de prendre place en tant que n° 5 sur le Front Bench de l’Alliance Lepep, avec un petit jeu de Moving Chair car les autres membres du gouvernement à partir du siège du ministre Vishnu Lutchmeenaraidoo ont dû reculer d’un strapontin au sein de l’hémicycle.
Le renvoi de la présentation du budget pour l’exercice financier 2016-17, dont la date prévue était le lundi 6 juin, a été évoqué officiellement. Dès hier soir, au Sugar Beach Hotel, commentant pour la première fois le dénouement de l’affaire MedPoint, qui a hanté l’échiquier politique depuis un peu plus de cinq ans, le Premier ministre a indiqué que l’option du report est envisagée. « J’avais pris le ministère des Finances et cela représentait un travail lourd pour moi car j’ai beaucoup à faire », a-t-il déclaré en soulignant que cette décision devra permettre au nouveau ministre des Finances de passer en revue le travail, qui a déjà été abattu sur le plan des préparatifs du prochain budget et également d’éplucher en détail les mesures fiscales et de relance de l’économie.
Dès cet après-midi, après l’ajournement des travaux parlementaires à mardi prochain, Pravind Jugnauth pourra avoir une première séance de travail avec ses principaux collaborateurs au ministère des Finances pour définir les paramètres de sa démarche politique et économique. Il devra également établir un calendrier de rencontres avec les principaux Stakeholders socio-économiques, le temps de procéder à des ajustements aux grandes orientations déjà définies dans l’Economic Mission Statement d’août de l’année dernière.
Des observateurs politiques et économiques mettent en exergue le fait que Pravind Jugnauth fait face à un double enjeu dans la conjoncture. D’abord, au plan politique et économique en redonnant un nouveau souffle à la machinerie économique avec un coup d’accélérateur à la croissance économique pour hisser le pays dans la High Income League. Et surtout au niveau personnel, le Budget 2016-17 étant un tremplin pour asseoir son autorité et préparer la voie à un éventuel Prime Ministership. À cette dernière éventualité, sir Anerood Jugnauth préfère adopter une approche des plus philosophiques en soutenant hier soir que « je ne peux lire le destin des gens. Si c’est écrit dans son destin qu’il deviendra Premier ministre, il le deviendra ». Ces deux facteurs devront délimiter les contours du prochain budget, soit le deuxième de l’Alliance Lepep après le « Smart Budget » de Vishnu Lutchmeenaraidoo.
« Ti-kopin
et gran kokin »
Mais dans l’immédiat, outre le programme de travail extrêmement serré jusqu’au prochain budget, dont la date pourrait être arrêtée officiellement lors des délibérations ministérielles sous la présidence de demain matin, le nouveau ministre des Finances devra s’occuper et défendre le budget de dépenses additionnelles sous l’ère de Vishnu Lutchmeenaraidoo aux Finances. En vue de permettre au Grand Argentier d’accéder à tous les dossiers et détails de ce Supplementary Appropriation Bill, les débats, qui devaient démarrer aujourd’hui à l’Assemblée nationale ont été renvoyés à mardi prochain.
Le principal point controversable et litigieux de ce budget supplémentaire porte sur cette injection de fonds de Rs 1,6 milliard dans la MauBank Ltd, qui a repris le business de la Mauritius Post and Cooperative Bank et de la National Commercial Bank (ex-Bramer Bank) dans le sillage de l’écroulement de l’empire du Chairman Emeritus de BAI, Dawood Ajum Rawat. L’opposition fera feu de tout bois sur l’utilisation des fonds publics pour le sauvetage de ces banques suite à des « Toxic Loans par milliards accordés à des ti-kopin et des gran kokin ». Tout semble indiquer que le montant exact de ces injections de fonds dans la MauBank pourrait facilement atteindre les Rs 3,3 milliards, nécessitant l’adoption d’un nouveau budget supplémentaire subséquent pour « couvrir le mishandling financier » de cet aspect du scandale BAI.
Au vu du report de l’adoption du budget supplémentaire, car les débats d’aujourd’hui à l’Assemblée nationale ne concerneront que le conseil salarial avec des interventions de la ministre de l’égalité des genres Aurore Perraud, du leader de l’opposition, Paul Bérenger, du Premier ministre, sir Anerood Jugnauth, et du Summing Up du ministre du Travail et des Relations industrielles, Soodesh Callichurn, la séance de mardi prochain sera sans Question Time et sans Private Notice Question…