Le procès intenté à Pravind Jugnauth pour conflit d’intérêts dans l’affaire MedPoint s’est poursuivi en Cour intermédiaire hier après-midi avec la déposition du Deputy Financial Secretary Patrick Yip, qui a expliqué les diverses procédures pour le financement des projets des différents ministères. Le témoin a souligné que le coût du projet d’hôpital gériatrique n’avait jamais été estimé à Rs 75 M. Cette somme, dit-il, représentait l’apport du gouvernement à partir des fonds de la Loterie Nationale pour financer en partie le projet.
À la barre des témoins hier, le Deputy Financial Secretary a soutenu qu’il n’y avait pas de précipitation pour l’achat de la clinique MedPoint mais que c’était simplement un high priority project. Le témoin a expliqué qu’après la décision du gouvernement d’aller de l’avant avec le projet, l’acquisition de la clinique MedPoint était un fast track project car « we had to use the money in the fiscal year until 31st December 2010 ». Si d’habitude l’on procède par un departmental warrant pour financer les projets des ministères, l’on avait opté pour une réallocation des fonds car le ministère disposait déjà de Rs 200 M comme économies. Contrairement à ce qu’avait indiqué l’ancien secrétaire du cabinet Suresh Seebaluck lors de son audition hier à l’effet qu’il n’y avait aucune cabinet decision relative à l’approbation pour l’achat de MedPoint, Patrick Yip a déclaré en Cour que le projet avait été mis en fast track après que le cabinet eut approuvé l’achat de la clinique. Une fois l’achat approuvé, il y aurait eu l’exercice d’appel d’offres et les autres procédures pour l’acquisition. Patrick Yip a indiqué que l’approbation de l’achat de la clinique MedPoint venait de plusieurs personnes, notamment du secrétaire financier Ali Mansoor. Le témoin a aussi fait ressortir que l’ICAC s’était basée sur un Financial Manual datant de 1989 pour son enquête et a dit qu’il présenterait une nouvelle version de ce manuel lors de sa prochaine audition. Celle-ci reprendra le 29 janvier. La Cour a également assigné comme témoins les ministres Nando Bodha et Leela Devi Dookun-Luchoomun. Dans sa première déposition à l’ICAC, Pravind Jugnauth avait fait mention de ses deux collègues comme témoins dans cette affaire. À l’ouverture du procès, le Main Enquiring Officer de l’ICAC avait soutenu en Cour qu’aucun des deux n’avait été interrogé par les enquêteurs. Rappelons que l’ancien vice-Premier ministre et ministre des Finances, qui avait été interpellé par l’Independent Commission Against Corruption (ICAC) le 22 septembre 2011, a systématiquement rejeté l’accusation portée contre lui dans les procédures d’acquisition de la clinique MedPoint au coût de Rs 144,7 millions par le ministère de la Santé en vue de réaliser un projet d’hôpital gériatrique. Confirmant la charge formelle logée contre Pravind Jugnauth, le bureau du DPP avait, dans un communiqué daté du 14 mars, soutenu que, sur la base du dossier d’enquête compilé au fil des trois dernières années par l’ICAC, « there is sufficient evidence to initiate criminal proceedings against M. Pravind Kumar Jugnauth for conflict of interest contrary to section 13 (2) of the Prevention of Corruption Act ».