Le procès intenté en Cour intermédiaire au directeur du bureau d’évaluation Yodhun Bissessur et Anerood Jeebodhun, Lead Government Valuer, pour abus dans l’exercice de leurs fonctions, s’est poursuivi hier en Cour intermédiaire. Trois témoins ont été appelés à la barre. Talib Banker, Acting Lead Governement Valuer en 2010, ainsi que Taramatee Khedhun-Sewgobin, l’Acting Deputy Director au Government Valuation Office, se sont attardés sur les différentes techniques d’évaluation. Si les deux témoins n’étaient aucunement impliqués dans l’évaluation de la clinique MedPoint, ils ont tous deux concédé que les services d’un Quantity Surveyor étaient « nécessaires » pour l’exercice d’évaluation.
Shirley Benyette, Human Ressources Manager au ministère du Tourisme, a été le premier témoin à être appelée à la barre. En 2010, elle était affectée au ministère des Finances. À la demande de l’ICAC, elle avait fourni une lettre et quelques documents pour constater si Yodhun Bissessur était autorisé à faire des travaux privés. Documents que le témoin a produits en cour hier.
Par ailleurs, Talib Banker, qui était Acting Lead Government Valuer en 2010, a été interrogé sur une évaluation qu’il avait effectuée sur l’ancien bâtiment de Sinotex, à Arsenal. Il a expliqué qu’il existe cinq méthodes d’évaluation, la plus courante étant la « comparative method ». Répondant aux questions de l’avocat de l’ICAC, Me Atish Roopchand, Talib Banker a indiqué que, pour l’évaluation de ce bâtiment, il n’avait pas fait appel aux services d’un Quantity Surveyor car il y avait déjà une récente transaction sur cette propriété. Le témoin a fait ressortir que s’il n’y avait pas eu de transaction récente, il aurait demandé les services d’un Quantity Surveyor.
Talib Banker a d’autre part informé qu’il n’était aucunement impliqué dans l’évaluation de MedPoint mais qu’en tant que professionnel dans ce domaine, il est d’avis que pour son évaluation, les services d’un Quantity Surveyor étaient requis. Taramatee Khedhun-Sewgobin, qui avait, elle, travaillé sur l’évaluation d’un centre hospitalier – le Centre Pierre Jeannet, à Congomah –, a soutenu qu’elle avait demandé à avoir un Quantity Surveyor avant de procéder à l’évaluation. Cependant, elle n’avait jamais reçu de réponse de la part du ministère de la Santé. Bien qu’elle n’avait, elle aussi, jamais été impliquée dans l’évaluation de MedPoint, Taramatee Khedhun-Sewgobin a également concédé que, pour son évaluation, les services d’un Quantity Surveyor étaient requis.
L’audition des témoins reprend le 8 novembre. Pour rappel, Yodhun Bissessur est accusé d’avoir usé de sa position pour rehausser la valeur du bâtiment abritant la clinique MedPoint au bénéfice des actionnaires. Cette affaire fait suite à la polémique entourant l’achat de cette clinique par l’État au coût de Rs 145 M alors que la clinique avait été évaluée dans un premier temps à Rs 75 M. Anerood Jeebodhun est, lui, accusé d’avoir gonflé la valeur de la clinique de Rs 50 M.