Le procès intenté au vice-Premier ministre et ministre du Logement et des Terres Showkutally Soodhun pour diffusion de fausses nouvelles connaîtra son dénouement en Cour intermédiaire vendredi matin. Alors que la poursuite avait soutenu que le VPM avait l’intention de répandre la nouvelle au public, la défense soutient que la conversation entre Showkutally Soodhun et le Dr Joomaye était d’ordre privé.
Showkutally Soodhun a plaidé non-coupable sous une charge de diffusion de fausses nouvelles, en violation de l’article 299 (a) du Code criminel. Il aurait, le 24 juin 2011 à la clinique Fortis Darné, à Floréal, tenu de faux propos sur le Premier ministre d’alors, Navin Ramgoolam, au Dr Zouberr Joomaye. « Se Navin Ramgoolam ki finn intervenir dan ka MedPoint… », aurait dit Showkutally Soodhun. Il aurait ajouté que l’ex-Premier ministre avait rencontré le Dr Malhotra, directeur de la clinique MedPoint, et qu’il aurait ensuite appelé le Chief Government Valuer et directeur de Valuation and Real Estates and Consultancy Services pour faire une deuxième évaluation de la clinique. Les trois témoins clés lors du procès, à savoir l’ancien PM Navin Ramgoolam, le leader de l’opposition Paul Bérenger et le Dr Zouberr Joomaye, ont donné leurs versions des faits en cour. Navin Ramgoolam avait été interrogé sur une plainte déposée le 14 juillet 2011 concernant des allégations du leader de l’opposition Paul Bérenger dans deux conférences de presse sur son éventuelle intervention dans la réévaluation de la clinique. L’ancien PM avait nié en bloc toute intervention dans la réévaluation de la clinique, soutenant que le leader de l’opposition « voulait me dépeindre comme un Premier ministre corrompu et sans scrupule ». Paul Bérenger avait quant à lui affirmé avoir tenu deux points de presse, le 2 et 9 juillet 2011, dans lesquels il révélait qu’il avait obtenu des informations compromettantes sur ceux impliqués dans l’affaire MedPoint. Il avait de plus soutenu en cour que c’est le Dr Joomaye qui lui avait donné ces informations et qu’il lui avait demandé de les « double-check » pour être sûr. Paul Bérenger avait ainsi insisté sur le fait que le but principal était de savoir la vérité sur l’affaire MedPoint.
Le Dr Zouberr Joomaye, alors parlementaire du MMM, avait indiqué pour sa part qu’en 2011 il travaillait à la clinique Fortis Darné et que c’est là qu’il avait eu une conversation avec Showkutally Soodhun. Ce dernier lui avait déclaré que Paul Bérenger faisait fausse route concernant l’affaire MedPoint et que Pravind Jugnauth n’était pas impliqué. Le Dr Joomaye avait ainsi jugé normal de faire part de cette conversation à son leader, Paul Bérenger. Par ailleurs, le Dr Joomaye a soutenu qu’il a subi des interrogatoires serrés au CCID les 26 et 27 septembre 2011, durant lesquels il a été forcé de faire part de sa conversation privée avec Showkutally Soodhun le 24 juin 2011. « La police m’a forcé à dévoiler ma conversation avec Showkutally Soodhun », a-t-il déclaré.