Vingt-six semaines après avoir initié une enquête sous la Prevention of Corruption Act, l’Independent Commission Against Corruption a déposé ce matin devant le magistrat Santokee siégeant au tribunal de troisième instance de Port-Louis une « charge sheet » des plus accablantes à l’encontre de la ministre de la Santé. Maya Hanoomanjee se retrouve parmi les six suspects inculpés provisoirement par la commission anti-corruption dans l’enquête sur le rachat de la clinique MedPoint pour un montant gonflé de Rs 144,7 M.
Outre Maya Hanoomanjee, qui a eu à fournir une caution de Rs 25 000 et une reconnaissance de dettes de Rs 100 000 pour retrouver la liberté conditionnelle, trois autres proches collaborateurs de la ministre de la Santé, le secrétaire permanent suppléant Om Kumar Dabidin et les Principal Assistant Secretaries (PAS) Jayraj Hauroo et Ajay Kumar Utchanah ont été inculpés provisoirement ce matin par l’Independent Commission Against Corruption (ICAC) avant d’être libérés sous les mêmes conditions. Avant le début du conseil des ministres de ce matin, le suspense était de mise quant à la décision qu’adoptera Maya Hanoomanjee pour son avenir en tant que ministre. Des développements devraient intervenir en cours d’après-midi.
Se retrouvant sous le coup d’un mandat d’arrêt émis par l’ICAC depuis mercredi dernier et ayant été admise à la clinique Apollo Bramwell pour un malaise subit, la ministre de la Santé a quitté temporairement la chambre 602 de la clinique tôt ce matin pour se rendre au QG de la commission anti-corruption au terme des arrangements convenus hier après-midi lors du déplacement de son avocat, Me Rishi Pursem. Les choses ont ensuite connu un net coup d’accélérateur.
En moins d’une heure, soit à 9 h 03, la ministre encadrée de limiers de l’ICAC a pris place dans une voiture de la commission afin de se rendre au tribunal de troisième instance de Port-Louis pour les procédures d’inculpation provisoire. Le début de l’interrogatoire « under caution » de la prévenue Maya Hanoomanjee a été interrompu dans la matinée car Me Pursem devait se présenter ce matin à un procès se déroulant en Cour suprême. Cette décision a été prise de manière pratique avec l’engagement que la suite de l’audition formelle allait avoir lieu cet après-midi.
Néanmoins avec l’inculpation provisoire de la ministre, la teneur de la charge sheet élaborée de la commission anti-corruption était des plus accablantes contre elle. Elle a été provisoirement inculpée sous l’article de la Prevention of Corruption Act  (PoCA) selon lequel « she did whilst being a public official, wilfully, unlawfully and criminally, make use of her position for a gratification for another person ».
Mais les particulars de l’accusation retenue contre Maya Hanoomanjee sur la base de l’enquête de l’ICAC pèsent de tout leur poids. « Between the month of June 2010 and December 2010, the said Santi Bai Hanoomanjee, whilst being the Minister of Health and Quality of Life, embarked on a course of conduct whereby she, the said Santi Bai Hanoomanjee, ensured that all measures were taken and directives were given for MedPoint Ltd to be favoured over other bidders and that the Bid Evaluation Committee would recommend MedPoint Ltd to the Central Procurement Board as the successful bidder for the acquisition of land and building for the setting up of the National Geriatric Hospital », note le document versé dans le dossier à charge devant le tribunal de troisième instance de Port-Louis.
Avec la reprise de l’interrogatoire en présence de son homme de loi, Maya Hanoomanjee sera confrontée aux « incriminating evidence» collectées par les enquêteurs de l’ICAC au cours de ces six mois d’investigation. Avec une « objection to departure » logée contre elle, la ministre de la Santé a eu à payer une caution de Rs 25 000 et une reconnaissance de dettes de Rs 100 000 pour sa liberté conditionnelle.