La décision du DPP de faire appel devant le Privy Council suite au jugement rendu en faveur de Pravind Jugnauth dans l’affaire Medpoint par la Cour suprême a été au centre de la conférence de presse tenue par le Mouvement patriotique (MP). Faisant ressortir que le DPP s’est prévalu des droits que lui confère la Constitution mauricienne pour faire appel, le leader du parti, Alan Ganoo, estime que ce débat sur le conflit d’intérêts bénéficiera dès lors d’un éclairage des Law Lords et que le jugement que portera le Privy Council enrichira la jurisprudence non seulement à Maurice, mais aussi dans tous les pays du Commonwealth. Interrogé par la presse quant à la nécessité ou pas pour Pravind Jugnauth de rendre, en attendant, son tablier de ministre des Finances, Alan Ganoo ne s’est pas aventuré à donner son avis. Il laisse entendre cependant que, « la décision du DPP de faire appel réintroduit un flou dans le paysage politique de Maurice ». Selon lui, alors que l’acquittement de Pravind Jugnauth par la Cour suprême a été perçu comme un nouveau départ pour l’Alliance Lepep, « après cette décision du DPP, le gouvernement encaisse un nouveau coup ».
Pour Allan Ganoo, la présomption d’innocence existe tant que la personne n’a pas été trouvée coupable et, dans le cas du leader du MSM, si la Cour intermédiaire l’a condamné, il a été blanchi. Il explique que désormais, c’est au Privy Council de juger. Il fait ressortir que « dans le passé, très souvent, le Privy Council a rendu des ‘Ground Breaking Judgments’, remettant en question la ‘common wisdom’ de nos juges, du judiciaire et du barreau dans son ensemble ». En attendant le jugement du Privy Council, le MP est d’avis qu’avec cette « épée de damoclès suspendu sur sa tête, la tâche de Pravind Jugnauth est encore plus ardue ». Entre son affaire en Cours et son nouveau rôle au sein de l’hémicycle en tant que ministre des Finances et la préparation du budget, ce qui implique aussi de redonner confiance au secteur privé et de transformer le climat de morosité dans le pays aujourd’hui, « ce n’est que le temps qui nous dira si le leader du MSM pourra relever ce nouveau défi ».
Le lutte contre la drogue préoccupe le MP. Le parti déplore « l’irresponsabilité du gouvernement et du ministère de la Santé dans le combat contre la drogue ». Alan Ganoo est revenu sur la tenue en avril dernier de la Special Session of the United Nations General Assembly (UNGASS) à laquelle Maurice a brillé par son absence. Selon lui, la raison évoquée mardi dernier, à l’Assemblée nationale, par le ministre de la Santé afin d’expliquer cette absence, selon laquelle Maurice devait parallèlement faire voter une loi pour l’élimination de la Natresa, n’est que prétexte. « L’occasion était donnée à Maurice pour contribuer à la réflexion mondiale sur les nouvelles stratégies de lutte contre la drogue, mais l’absence des représentants de la Santé démontre un total manque de sérieux du gouvernement quant à son engagement dans le combat contre la drogue », dit-il.
Le MP est d’accord sur les amendements qui seront apportés à la Domestic Violence Act. Le parti est d’avis qu’il y a encore beaucoup à faire avant d’améliorer le sort des victimes et que cette loi, qui en est à son 5e amendement, mérite des éclaircissements. « C’est un unfinished business », dit Alan Ganoo, qui ajoute qu’il faudrait, entre autres, revoir le Code pénal concernant le viol conjugal.
Incidents au Parlement : “Torts partagés”
Profitant de l’occasion pour aborder les incidents qui ont eu lieu mardi dernier avec l’expulsion du leader de l’opposition, Paul Bérenger et le walk-out du MMM, le leader du MP dit « condamner les attentats qui se font contre l’institution suprême ». Alan Ganoo estime que « les torts sont partagés », et dénonce « ces agissements qui permettent le non ou mauvais fonctionnement du Parlement ». Pour lui, la situation doit être examinée sous deux angles, la responsabilité de la Speaker et celle des parlementaires. « Certes, un Parlement est un lieu où les débats sont animés, mais il y a une limite qu’aucun parlementaire ne doit dépassé », dit-il. Il lance un appel au Speaker et aux députés pour que « cessent ces comportements qui ne font pas honneur au Parlement ».
Le MP présente également ses plus vives sympathies aux familles éprouvées par le drame survenu en mer dans l’Est de l’île cette semaine. Ne s’aventurant pas à faire de commentaires sur les circonstances de ce drame, Alan Ganoo lance un appel aux autorités pour revoir la législation encadrant les activités en mer. Selon lui, ce secteur connaît des amendements au « piece meal ». D’où son appel pour qu’une fois pour toutes le gouvernement vienne de l’avant avec des amendements au cadre légal en vue de combler des lacunes. Il cite, entre autres, les règlements concernant le port de gilet de sauvetage, ou encore ceux prévus pour les enfants en bas âge.