La partie de cache-cache engagée depuis bientôt un an entre l’ancien vice-Premier ministre et ministre des Finances, Pravind Jugnauth, et l’Independent Commission against Corruption (ICAC) dans « le scandale du siècle » de MedPoint se poursuit. En effet, le leader du MSM avait été convoqué au QG de l’ICAC lundi dernier en vue de conclure son interrogatoire suite à son arrestation le 22 septembre de l’année dernière et à son inculpation provisoire pour le délit de conflit d’intérêts.
Face à cette nouvelle convocation formelle de l’ICAC, Pravind Jugnauth a préféré s’en remettre à des développements attendus en Cour suprême jeudi prochain. Ce jour-là, l’affaire logée par le leader du MSM réclamant l’accès à des Discussion Papers et autres documents relatifs au projet de National Geriatric Hospital pour la période de janvier à juin 2010 devra être entendue.
Pour justifier son refus de se rendre à l’ICAC la semaine dernière, Pravind Jugnauth a laissé entendre qu’il préfère prendre connaissance de la défense du State Law Office sur sa demande d’informations avant de décider de la marche à suivre. Que ce soit dans l’entourage de Pravind Jugnauth ou encore dans les milieux officiels de l’ICAC, l’on se refuse de faire des commentaires sur le nouveau rendez-vous raté de lundi dernier ou encore les développements à prévoir après la séance en Cour suprême jeudi prochain.
Cette demande de Pravind Jugnauth pour accéder à des Discussions Papers du projet de National Geriatric Hospital fait suite à une décision du secrétaire au Cabinet d’autoriser la lecture sous certaines conditions sous la supervision de l’ICAC des Cabinet Minutes of Proceedings de la séance du 18 juin 2010. En ce qui concerne la demande complémentaire concernant les Discussions Papers de janvier à juin 2010, le Cabinet’s Office soutient que de tels documents ne relèvent pas de ses responsabilités.
D’autre part, du côté du Director of Public Prosecution’s Office, les dernières indications sont qu’après étude méticuleuse du volumineux dossier soumis par l’ICAC, il a été décidé d’attendre l’ultime volet de l’interrogatoire de Pravind Jugnauth avant de se prononcer sur les recommandations de l’ICAC par rapport aux autres suspects inculpés dans cette enquête sous la Prevention of Corruption Act.
Dans un premier temps, l’option entretenue par le DPP était de se prononcer d’ici à la fin de novembre sur le sort de l’ancienne ministre de la Santé, Maya Hanoomanjee, du Chief Government Valuer Yogen Bissessur, du N°2 du Valuation Office, Anerood Jeebodhun, et des trois hauts cadres de la Santé, le secrétaire permanent par intérim Om Kumar Dabidin et les Principal Assistant Secretaries Ajay Kumar Utchanah et Jairaj Hauroo. Ces derniers devront patienter au moins jusqu’au début de l’année prochaine pour savoir s’ils seront passibles de poursuites au pénal dans le scandale MedPoint, qui a éclaté depuis la mi-janvier 2010.