Intervenant hier en fin d’après-midi à St-Pierre, lors d’une réunion de la régionale MSM de la circonscription de Moka/Quartier-Militaire (N° 8), Pravind Jugnauth a demandé à ses partisans d’agir avec retenue et d’éviter de faire des commentaires inappropriés, surtout envers le judiciaire. Il leur a expliqué pourquoi, dans le sillage du jugement de la Cour intermédiaire le trouvant coupable dans l’affaire MedPoint, il a démissionné comme ministre, mais qu’il a décidé de conserver son siège de député et celui du leader du MSM. Il leur a également signifié son intention de faire appel de ce jugement après le prononcé de la sentence aujourd’hui.
« Mo pou dir mo bann kamarad, nou bizin retenir nou… Dan bann moman kumsa, nou pa bizin montre nou l’amertume, nou koler parfwa. Fode pa ki nou al dir ninport kwa non pli, sirtou a l’égard de la Cour. La Cour inn fer so travay », a en substance déclaré Pravind Jugnauth d’une voix calme à ses partisans massés dans la salle bondée de l’Association des secours mutuels de St-Pierre.
Le leader du MSM a signifié son intention de faire appel de ce jugement de la Cour intermédiaire qui l’a trouvé coupable mardi de conflit d’intérêts dans l’Affaire MedPoint. Le leader du MSM était poursuivi sous la Prevention of Corruption Act, l’ICAC lui reprochant d’avoir approuvé en 2010 le paiement de Rs 144 701 300 pour le rachat de la clinique par l’État en tant que ministre des Finances, alors qu’il est parenté aux actionnaires de MedPoint, dont sa soeur Shalini Malhotra (née Jugnauth) et l’époux de celle-ci, le Dr Krishan Malhotra.
Pravind Jugnauth a démissionné hier matin comme ministre de la Technologie, de la Communication et de l’Innovation, dans le sillage de ce verdict de culpabilité rendu mardi par la Cour intermédiaire. Il était attendu que les magistrats Niroshini Ramsoondar et Nizam Neerooa prononcent la sentence dans le courant la journée d’aujourd’hui.
« Mo finn dir ki mo pe al konteste sa zizman-la dan la Cour d’appel de la Cour siprem. Zot pena pou trakase. Pli divan, swa zizman-la pou konfirme, swa li pou kase », a précisé l’intervenant à ses partisans, avant de réitérer son appel leur demandant de ne pas faire de commentaires désobligeants envers le judiciaire, la Cour intermédiaire ou les magistrats.
« Zot kapav fer lezot komanter. Zot kapav exprim zot solidarite, zot sipor. Zot kapav apresie desizion ki mo finn pran… Tou sa zot kapav fer, ki li a la radio ou lor bann media sosyal. Me zot bizin ena impe de retenu ek zot pa fer komanter ni lor la Cour ni lor mazistra, ni lor judiciaire », a insisté le leader du MSM.
Pravind Jugnauth est auparavant revenu sur sa décision de démissionner dans le sillage du jugement de la Cour intermédiaire. « De ki finn gagn sa zizman-la mo ti fini deside pou demisyone. Me mo ti bizin avan diskit ek mo bann kamarad du Biro Politique ek avek le Premie minis ».
L’orateur a toutefois concédé que ce serait pour lui « un handicap » de ne plus faire partie du Conseil des ministres. « Mo pou asim mo responsabilite kuma leader du MSM, kuma parlementer. Evidaman, li poz mwa enn gro handicap ki mo pa siez dan Konsey de minis. Me se lavi », a-t-il lancé.
Pravind Jugnauth a également expliqué pourquoi il a décidé de ne pas démissionner comme député : « Si mo demisyonn kuma parlemanter, apre si ariv la Cour siprem en appel, fer kuma dir mo gagn mo case laba, ler-la ki mo fer si mon finn deza demisyonn kuma parlemanter ? », a-t-il expliqué. « Mo espere sa pou eklersi lespri bann ki pa finn konpran ki lozik ena dan mo desizyon pa demisyonn kuma parlemanter ».
L’intervenant a également soutenu qu’il est un homme de principe et qu’il « n’est pas collé » à son fauteuil de ministre. « Mo get lintere pei ek lintere parti avan. Bann partizan MSM kapav marse latet haute », a-t-il martelé.
Pravind Jugnauth a aussi soutenu qu’il bénéficie du soutien de Xavier-Luc Duval et d’Ivan Collendavelloo, respectivement leaders du PMSD et du Mouvman Liberater, avec qui il a eu des discussions dans le sillage du jugement.
Cette réunion du Régional N°8 a eu lieu dans une ambiance électrique et a vu l’intervention des ministres Yogida Sawmynaden et Leela Devi Dookun-Luchoomun. Ils ont tous deux exprimé leur solidarité à leur leader.