Interrogé hier après-midi pendant plus de deux heures dans les locaux de l’Independent Commission against Corruption (ICAC) sur le recrutement de deux Project Officers à la Mauritius Housing Company (MHC), l’ancien chairman de cet organisme, Mamade Khodabaccus, a été autorisé à partir à ce stade de l’enquête. « J’ai la conscience claire d’avoir bien fait mon travail », a-t-il déclaré à sa sortie, entouré de ses avocats, Mes Kushal Lobine et Adrien Duval.
Les enquêteurs ont voulu savoir quels étaient les qualifications des deux Project Officers et le processus de ce recrutement. En ce sens, ils ont interrogé hier après-midi l’ancien chairman de la MHC, Mamade Khodabaccus. Documents en main, le secrétaire général du PMSD a expliqué que ces deux employés sont passés par le board de la MHC et ont dû se soumettre à un entretien pour décrocher ce poste. Quelque 12 candidats avaient été appelés pour l’entrevue sur plus de 90 demandes reçues. Cependant, Me Kushal Lobine a concédé que l’ICAC a insisté sur les qualifications d’un des deux Project Officers, en l’occurrence la fille d’un Permanent Secretary. « Nous avons dû expliquer ce qui est, selon nous, un équivalent d’un certificat de HSC avec un International Baccalaureate », souligne l’avocat. Le Dr Mamade Khodabaccus a également ajouté que « même si cette candidate a obtenu une qualification en architecture, elle reste néanmoins éligible pour le poste de Projet Officer ».
« Je pense que l’ICAC a été satisfaite par mes explications », a indiqué l’ex-chairman de la MHC après son interrogatoire. Ce dernier dit rester à la disposition des enquêteurs pour d’autres détails. Du côté de la commission, on apprend que le Dr Mamade Khodabaccus sera appelé ultérieurement, mais cette fois pour des prêts accordés à certains clients qui n’ont pas remboursé leur dette.