A environ une dizaine de semaines du démarrage du procès intenté par l’Etat à Avinash Treebhowon et Sandip Moonea — deux ex-employés de l’hôtel Legends — en cour d’Assises relativement au crime crapuleux de Michaela McAreavey, née Harte, des complications administratives de taille subsistent en ce qu’il s’agit du séjour à Maurice de John McAreavey, l’époux de la victime, durant le procès. C’est ce que Week-End a appris de sources proches du dossier en fin de semaine. Selon nos renseignements, en dépit des sollicitations de John McAreavey lui-même et de sa soeur, Claire, auprès du Prime Minister’s Office (PMO) et du State Law Office (SLO), aucune réponse officielle ne leur a été donnée jusqu’ici en ce qu’il s’agit de leur doléances.
Les différents recoupements de Week-End indiquent que les familles McAreavey et Harte, durement éprouvées par le décès de Michaela — tuée dans sa chambre d’hôtel le 10 janvier 2011 alors qu’elle s’y trouvaient en lune de miel — ont officiellement soulevé, depuis le mois de janvier, un certain nombre d’interrogations auprès de l’état et du bureau du Directeur des Poursuites publiques (DPP). Sans toutefois obtenir aucune garantie et réponse formelle quant à l’aboutissement de leurs démarches.
Selon nos sources, dans un premier temps, les familles McAreavey et Harte ont officiellement mandaté leur homme de loi à Maurice, Me Dick Ng Sui Wa, afin de prendre contact avec le DPP, Satyajit Boolell (SC), afin de lui faire les requêtes suivantes : (i) à savoir que Me Sui Wa soit autorisé à assister la poursuite en tant que Junior lors du procès qui démarrera en cour d’Assises le 22 mai prochain et (ii) que les frais de déplacement du témoin de l’Etat John McAreavey et d’un membre de sa famille, ainsi que leur logement soient pris en charge par l’état. La lettre de Me Ng Sui Wa au DPP est datée du 12 janvier.
Quatre jours plus tard, soit le 16 janvier, John McAreavey écrit lui-même au bureau du DPP et réitère sa demande pour que Me Ng Sui Wa soit en mesure d’assister la poursuite lors du procès. Parallèlement, la soeur de John McAreavey, Claire, une Sollicitor de profession, a aussi écrit, le 18 janvier, au responsable du dossier au Parquet, Me Mehdi Choony, pour lui transmettre les mêmes requêtes quelques jours après Me Ng Sui Wa. Selon nos renseignements, Me Choony a répondu à Mlle McAreavey en lui faisant ressortir que « same has been noted and due consideration will be given if and when Mr Ng Sui Wa applies to our office to be allowed to assist the Prosecution ». En ce qu’il s’agit des autres requêtes, aucune indication donnée par Me Choony.