Le contre-interrogatoire de Raj Theekoy (35 ans) a pris fin à la mi-journée. Aussi connu comme Vishal, il est considéré comme le star witness dans le procès sur le meurtre de l’Irlandaise Michaela Harte. Cet habitant de Cottage, marié et père d’un enfant, a été appelé par la poursuite pour la suite de son contre-interrogatoire par Me Rama Valayden. Le témoin à charge a affirmé avoir vu Avinash Treebhoowoon (accusé No 1) et Sandip Moneea (accusé No 2) dans les environs de la chambre 1025.  
Raj Theekoy a donné quatre dépositions dans cette affaire dont la première le 12 janvier 2011 soit deux jours après le drame. Me Valayden lui a lu quelques lignes de ses statements en lui demandant si ces parties étaient vraies. Le témoin oculaire a répondu par la négative en disant que « sa mo pa ti dir » ou encore « sa mo pann dir koumsa ».
Me Valayden : Yer ou ti dir ou pa ti al la kantinn tanto.
Raj Theekoy : Mo pa rapel si mo ti ale.
L’avocat montre alors une image du système CCTV au témoin qui ne pourra ensuite que consentir. Lui demandant où il s’était assis, Theekoy avance ne pas s’en souvenir. « Ou ti asiz kot N°1 ek ti ena Govinden ousi… Zot ti pe bwar dite », lui lance Me Valayden mais Raj Theekoy affirme ne pas boire de thé mais que « mo ti pe asize ».
Me Sanjeev Teeluckdharry a ensuite pris les rênes du contre-interrogatoire.
Me Teeluckdharry : Eski a kit moman lapolis inn dir ou ki ou finn konplote pou touye ?
Raj Theekoy : Non…
L’interrogeant sur la charge provisoire de conspiracy to murder logée à la cour de Mapou, le témoin à charge était confus. Le juge Prithviraj Fekna s’est alors adressé au témoin pour lui expliquer la question de l’avocat.
Juge Fekna : Normalman lapolis dir ou ki zot pe aret ou pou conspiracy ek fer ou reagir. Seki avoka pe demann ou se eski lapolis inn confront ou ek sa ?
Theekoy répond alors que « bann-la ti dir mwa ». Me Sanjeev Teeluckdharry soutient toutefois que cela n’a pas été dit dans ses statements. L’avocat lui a demandé s’il a bu du thé le matin du 10 janvier 2011 à la cantine. L’ancien valet de chambre affirme une fois de plus qu’il ne boit pas de thé.
Me Teeluckdharry, homme de loi d’Avinash Treebhoowoon, soutient que selon sa déposition en cour de Mapou dans l’enquête préliminaire, le témoin a dit « I went in the canteen to have tea ». Répliquant à l’avocat, il affirme qu’il a voulu dire qu’il est allé boire un jus.
Me Teeluckdharry : Ou pe rod dir ki ou ti dir ki ou ti al bwar jus me magistrate inn mett dite ?
Raj Theekoy : Mo pa kone ki linn ekrir mwa…
Me Teeluckdharry : Kifer ou pe per pou koz la verite ?
Raj Theekoy : Mo pa pe per mwa.
L’avocat a interrogé le témoin sur des expressions qu’il a utilisées dans ses statements. Raj Theekoy affirme les connaître et en faire usage.
Dans un autre chapitre du contre-interrogatoire, il en ressort que le témoin, avant d’exercer au Legends, avait eu des problèmes dans l’établissement hôtelier où il travaillait au sujet d’une bouteille de vin trouvée dans son sac. Il a toutefois soutenu qu’on lui avait joué un mauvais tour.
Me Teeluckdharry : Lavey statement-la ou ti pass lanwit dans kaso… Ou premie lobzektif se kouma pou sorti ladan ?
Raj Theekoy : Mo premie lobzektif se pou dir la verite…
Me Teeluckdharry : Pourtan dan lakour Mapou kan ou finn depoz sou serman ou ti dir ki ou premie lobzektif ti pou sorti.
Raj Theekoy : Oui mo pa ti dir…
Hier après-midi à la reprise des travaux devant le juge Prithviraj Fekna, Raj Theekoy a été contre-interrogé par Me Rama Valayden, l’avocat de Moneea. Raj Theekoy a expliqué qu’il a décidé de tout dire quand il a reçu le soutien de sa famille. Et d’expliquer qu’il y avait plusieurs officiers de la MCIT au moment de donner son statement, affirmant même qu’il aurait vu les deux prévenus venir en direction de la chambre 1025 après avoir entendu une dispute.
L’ancien valet de chambre du Legends a affirmé qu’il avait vu le chariot qui portait le nom d’Avinash Treebhoowoon ce jour-là. Cependant, Me Valayden, le contredisant, lui a dit que l’hôtel avait fourni des chariots neufs et que personne n’avait de nom inscrit sur les nouveaux chariots. Suite aux questions de l’homme de loi sur la carte magnétique qu’il a utilisée pour ouvrir les chambres, Raj Theekoy a avancé qu’il ne l’a pas rendue ce jour-là. Me Valayden réagit aussitôt en lui montrant le control sheet de l’hôtel.
Me Valayden : Koz la verite…
Raj Theekoy : Monn kite…
Me Valayden : Ou pa ti kone ou alor ou pa ti anvi dir ?
Raj Theekoy : Mo ti kone…
Raj Theekoy affirme être rentré tôt ce jour-là et n’a pas pris le transport fourni par l’hôtel. Il serait parti avec un collègue en voiture. Questionné sur cet épisode, il a expliqué ne pas avoir informé l’hôtel mais qu’il a dit à la police que « mo pann pran transpor lotel ». Me Rama Valyden soutient que ce qu’il dit ne figure pas dans ses dépositions. Lui répond qu’il l’a bien dit à la police mais que « kapav li pann fer atansyon ».
Autre point soulevé par l’avocat : aucune mention n’a été faite dans ses statements sur une dispute qu’il dit avoir entendue. Raj Theekoy soutient l’avoir dit à la police. « Si pena li dan ou lanket sa ve dir lapolis inn fer enn erer ? », lui demande Me Valayden. Le témoin à charge campe sur sa position et réplique en disant qu’il se rappelle l’avoir dit à la police. Raj Theekoy affirme être allé voir parce qu’il aurait entendu la voix d’une femme qui souffrait.
Me Valayden : Lerla ou atann ou zis gete ou pa fer nanier ?
Raj Theekoy : Oui
Sortant un Judge’s Order avec une liste d’appels téléphoniques, Me Valayden lui dit qu’il a passé un coup de fil à sa femme à 14 h 47, pendant qu’il disait se trouver dans la chambre 1021 pour observer en direction de la 1025. Il concède et soutient qu’il n’a pas le droit d’utiliser son téléphone pendant les heures de travail. Raj Theekoy affirme n’avoir pas raconté à sa femme ce qui se passait pendant les 83 secondes de l’appel.
Me Valayden renchérit en lui disant qu’à 14 h 46, les occupants de la chambre 1021 sont entrés en utilisant leur carte magnétique. « Zot rantre ou kontign louke mem ? », demande l’avocat. Question qui restera sans réponse.
Me Valayden : Li fos sa ?
Raj Theekoy : Seki monn trouve monn mete…
L’Irlandaise Michaela Harte a été tuée le 10 janvier 2011 à l’hôtel Legends alors qu’elle était en lune de miel dans cet établissement. Le procès se poursuit cet après-midi.